« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Alexandre Tansman : biographie

« Un exilé aux influences multiples »


  • Nom Tansman Prénom Alexandre Nation France
  • Naissance 11/06/1897, à Łódź (Pologne) Mort 15/11/1886, à Paris (France) Époque musicale Moderne

Alexandre Tansman est un compositeur français d’origine polonaise né le 11 juin 1897 à Łódź (Pologne) et mort le 15 novembre 1886 à Paris. Il commence ses études musicales au conservatoire de Łódź et les poursuit à Varsovie. En 1919, à l’occasion du premier concours national de musique qui se déroule en Pologne après l’indépendance retrouvée, il remporte les deux premiers prix, avec deux œuvres présentées sous des pseudonymes différents. Après un court service militaire dans la nouvelle armée polonaise, il s’établit à Paris en 1920.

Grâce à Maurice Ravel, il fait bientôt partie de la vie musicale parisienne. L’année 1921 voit la naissance de l’école de Paris, mouvement qui réunit, en dehors de lui, le Hongrois Tibor Harsányi, le Roumain Marcel Mihalovici, le Tchèque Bohuslav Martinů et le Russe Alexandre Tcherepine. Il remporte rapidement un succès international. Les commandes affluent et ses tournées le mènent dans le monde entier. Pendant la guerre, ses origines juives l’obligent à émigrer aux États-Unis où il est chaleureusement accueilli. De retour en France, il continue à rencontrer le succès. Sa bonne étoile pâlit dans les années 1960-70 où, bien qu’il continue à recevoir de nombreuses commandes, son intransigeance à l’égard des courants avant-gardistes (notamment le sérialisme), le tient dans un oubli relatif. Il reste cependant pour bon nombre de musiciens un compositeur de référence, une sorte de trait d’union tardif entre deux époques.

L’héritage artistique de Tansman comprend plus de 300 oeuvres dans tous les genres. Sa musique, curieuse des nouveautés, ne tourne pas la page des attachements au passé, avec des accents empruntés à tous les styles rencontrés cours de ses voyages : traditions populaires, jazz, exotisme. Son langage luxuriant n’oublie pas les courants savants de son époque, ce qui le rapproche d’Igor Stravinski auquel il a d’ailleurs consacré un ouvrage très documenté. Exemple : son Concerto pour orchestre (1954 : écouter le mvt 3).

Ressources liées pour Alexandre Tansman

Commentaires des internautes

Anonyme, le 13/01/2017 à 10h20
Ce n’est pas exact d’écrire que “sa bonne étoile le quitte dans les années 1960”, vu qu’il a eu encore beaucoup de commandes du Ministère des Affaires culturelles, de l’Opéra de Nice... toutes jouées encore jusque bien avant dans les années 1970 : 2 opéras, Le Rossignol de Boboli (1963), Georges Dandin (1973-1974), un ballet, Résurrection (1961-1962)des œuvres symphoniques, Six Etudes (1962), Quatre Mouvements (1967-1968), Dyptique (1969), Hommage à Erasme de Rotterdam (1968-1969), Stèle in Memoriam Igor Stravinsky (1972), Elégie à la mémoire de Darius Milhaud (1975), Sinfonietta N° 2 (1978), Les Dix Commandements (1978-1979), et d’autres commandes pour diverses formations.
Mireille Tansman Zanuttini (site Tansman : alexandre-tansman.com

azerty, le 14/01/2017 à 13h23
Merci pour ce commentaire argumenté. Je lis cependant sur le site de référence que vous indiquez : “Pendant les années 70, la France qualifie sa musique de trop « néo-classique », l’isole de la vie musicale”. Symphozik n’était donc pas complètement dans l’erreur.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Bedrich Smetana, complètement sourd, compose encore son cycle Mà Vlast — Ma patrie — dont fait partie la célèbre Moldau.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.