« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Gregorio Allegri : biographie

« Un homme du passé »


  • Nom Allegri Prénom Gregorio Nation Italie
  • Naissance vers 1582, à Rome (Italie) Mort 17/02/1652, même ville Époque musicale Baroque

Gregorio Allegri naît en 1582 à Rome. Les premières informations concernant sa carrière musicale concernent son entrée, en 1591, à l’école de chant S. Luigi dei Francesci (Saint-Louis des-Français), à Rome. Il y reçoit, ainsi que plusieurs de ses frères (parmi lesquels Domenico Allegri), l’enseignement de Giovanni Bernardino Nanino (frère de Giovanni Maria Nanino). Mais, sa voix muant, il ne peut plus assurer la partie de soprano et quitte l’école en 1596. Pendant quatre ans, il étudie alors d’autres matières musicales, dont la composition. Il réintègre ensuite l’établissement, en 1601, en tant que contralto.

Vers 1607, ordonné prêtre et ayant acquis les connaissances nécessaires auprès de Nanino, il quitte Rome pour un poste de maître de chapelle à la cathédrale de Fermo (dans la périphérie des états du Pape), où il restera en service jusqu’en 1621, bénéficiant en contrepartie de son travail d’un bénéfice ecclésiastique (soit un ensemble de biens matériels pour l’aider à vivre, parce que le spirituel ça ne vous nourrit pas son homme).

De retour à Rome en 1628, il passe un examen d’admission à la chorale pontificale de la chapelle Sixtine, le Pape de l’époque, Urbain VIII, ayant remarqué son talent grâce à certains de ses nombreux motets et concertos. Examen qu’il réussit brillament : il intègre ladite chorale, toujours en tant que contralto, dès le 6 décembre 1629, pour y rester jusqu’à sa mort. Selon Andrea Adami, Allegri fait montre d’un caractère particulièrement agréable et bienveillant.

C’est dans ce climat propice qu’Allegri écrit l’œuvre qui marquera les oreilles pendant longtemps : son Miserere mei, Deus (deux chœurs, neuf voix au total : écouter), sur lequel le Vatican de l’époque exerçait un monopole exclusif. La reproduction en était interdite sous peine d’excommunication (seule la Chapelle Sixtine pouvait le faire exécuter, une fois par an; le manuscrit était gardé au secret, Chuck Norris sollicité pour sécuriser l’endroit, etc.). Mais cela ne découragea pas le jeune Wolfgang Mozart, qui, le 11 avril 1770, âgé de 14 ans, écoute (une ou deux fois, selon les sources) et retranscrit quelques heures plus tard cette œuvre relativement complexe (oui je sais, il est agaçant, ce petit prodige).

Allegri meurt à Rome le 17 février 1652. Si Allegri est un homme du passé dans son œuvre vocale, il est l’un des premiers à composer uniquement pour instruments à cordes. Ses pièces instrumentales ressortissent au style concertant du premier baroque (écouter un extrait du Ballet des Nymphes).

Famille

Antonio Allegri, peintre, dit "le Corrège" (1489-1534), n’a apparemment pas de lien de parenté avec le compositeur, malgré ce qu’on a pu croire.

Ressources liées pour Gregorio Allegri

Commentaires des internautes

Anonyme, le 21/02/2013 à 1h20
Je serais curieuse de savoir si c’est exact que les contre-ut du miserere n’existaient pas dans la partition originale et ne dateraient que du dix-neuvième siècle ?? Merci d’avance

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Ernest Chausson décéda des suites d’un accident de bicyclette alors qu’il composait...des œuvres cycliques :)

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.