« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Martin Luther : biographie

« Un chant qui vient de loin »


  • Nom Luther Prénom Martin Nation Allemagne
  • Naissance 10/11/1483, à Eisleben (Allemagne) Mort 18/02/1546, même ville Époque musicale Renaissance

On ne peut séparer l’œuvre musicale de Luther de son œuvre théologique. C’est en effet dans le cadre d’une nouvelle liturgie que s’inscrivent ses cantiques. Autant il a marqué de façon importante l’histoire de la religion, autant ses pièces musicales ont contribué à l’expansion de « l’Église réformée » qu’il a générée et ont eu un impact important sur les musiciens des siècles suivants.

Formation

Martin Luther est né le 10 novembre 1483 à Eisleben en Allemagne et mort le 18 février 1546 dans la même ville. Réformateur de l’Église, ses idées exercèrent une grande influence sur la Réforme protestante qui changea le cours de la civilisation occidentale.

Lorsque Luther fait ses études à Eisenach, il y reçoit une éducation musicale, avec chant et danse comme c’est aussi le cas de beaucoup de ses contemporains. Par la suite, la vie conventuelle, dans laquelle la liturgie chantée tient une grande place, lui permet de parfaire ses compétences. Luther est en mesure de noter des chants populaires et de les harmoniser, comme il est capable de composer des mélodies sur des psaumes. Il fréquente des musiciens : Ludwig Senfl, musicien à la cour de Bavière qui lui fait rencontrer, à Rome, Josquin des Prés.

Œuvre

Au moment où Luther réforme la liturgie du culte, il réserve une place essentielle au chant de la communauté. Ce chant doit s’affirmer comme une expression de foi et un commentaire spirituel de textes bibliques. Il peut éventuellement être soutenu par l’orgue (à l’époque de petits orgues à un clavier dits "positifs") ou par une formation instrumentale.

Pour mettre en place ce changement, il faut initier les fidèles à la pratique musicale, pratique qui devient une responsabilité des écoles ou des paroisses et qui est assurée par un « cantor ». Il faut aussi concevoir et éditer un recueil de cantiques. Cette entreprise est menée par une équipe de musiciens réunie autour de Luther. Celui-ci compose lui-même 36 cantiques à une ou deux voix, en langue vulgaire. Chantés par l’assemblée des fidèles, ils deviennent sous le nom de chorals le centre de la liturgie protestante. Leur influence se fera sentir durant de longues années, certains étant des adaptations libres des psaumes, d’autres étant des commentaires de la Bible souvent construits sur des mélodies populaires.

Johann Sebastian Bach utilisera les textes de Luther pour 38 cantates. Le plus connue de ses hymnes, Ein’ feste Burg (« C’est un rempart que notre Dieu »), reste populaire parmi les luthériens et d’autres protestants aujourd’hui (écouter un extrait).

Un chant qui vient de loin

Le cantique ″Ein’ Feste Burg ″ a été repris par de nombreux compositeurs, notamment J.-S. Bach (écouter le choral de la Cantate BWV 80) et Felix Mendelssohn-Bartholdy (écouter le début du 4ème mvt de la Symphonie n° 5).

Mais certains musicologues contestent à Luther la paternité de cet air. Il l’aurait emprunté au Meistersinger Hans Sachs (1494-1576) qui le trouva si beau qu’il l’avait baptisé « mélodie d’argent ». Lui-même, dit-on, l’avait repris au moine savant Herman de Reichenau (1013-1054). Toujours est-il que Luther s’est assurément inspiré du répertoire en vogue à l’époque. On peut d’ailleurs remarquer la proximité de son cantique avec la chanson Kalenda Maya (extrait) du troubadour Raimbaut de Vaqueiras (1180-1205).

L’héritage de Luther

La place que Luther a réservée à la musique et au chant choral a largement contribué au développement de cet art dans les pays de langue allemande. Heinrich Schütz, Dietrich Buxtehude ou Jean-Sébastien Bach ont souvent utilisé des thèmes luthériens. Ils ont chacun développé le langage musical et son instrumentation, J. S. Bach étant celui d’entre eux qui a donné à ce langage une puissance créatrice rarement égalée. On peut d’ailleurs faire remonter très loin l’apport de la famille Bach à Luther puisque le premier d’entre eux déjà, Hans Bach né vers 1550, a composé des cantiques.

Ressources liées pour Martin Luther

Commentaires des internautes

sanka, le 15/01/2015 à 17h30
Une coquille je crois: dans la “carte d’identité“: “Né le 10/11/1483 À Eisenach Mort le 18/02/1546 À Augsbourg“
et dans le texte: “Martin Luther est né le 10 novembre 1483 à Eisleben en Allemagne et mort le 18 février 1546 dans la même ville.“

Symphozik, le 15/01/2015 à 18h01
Merci !

Anonyme, le 12/02/2017 à 22h47
sanka, c’est bien à Eisleben, sa ville natale, que Luther est décédé !

Symphozik, le 12/02/2017 à 23h26
La correction a été faite entretemps ;)

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

L’organiste de la Marienkirche, Dietrich Buxtehude, dans ses vieilles années, décide de trouver un successeur. Plusieurs candidats postulent, mais pour reprendre le poste, il faut épouser la fille Buxtehude, plus très jeune...Plusieurs musiciens déclinent alors l’offre, s’estimant – sans doute – indignes de cet honneur.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.