« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Vidéo : Va, pensiero

Vidéo du 21/12/2014 (retour à la liste des vidéos - vidéos insolites)

Le fameux Chœur des Esclaves de Verdi.

Votre avis sur cette vidéo ?

(impressions sur la vidéo, indépendamment de la musique)

8/10 (3 votes)

Tiré de l’opéra Nabucco (créé en 1842), il en est le passage le plus connu. Verdi a écrit cet opéra à l’époque où Milan est sous domination autrichienne, et la population s’identifie alors aux Hébreux sous le joug babylonien. Va, pensiero fut suggéré en 1946 comme hymne national de la nouvelle république italienne, sans succès. Voir Wikipedia pour plus d’infos.

Paroles et traduction

Va, pensiero, sull’ali dorate;
Va, ti posa sui clivi, sui colli,
Ove olezzano tepide e molli
L’aure dolci del suolo natal!

Del Giordano le rive saluta,
Di Sionne le torri atterrate...
Oh mia patria sì bella e perduta!
Oh membranza sì cara e fatal!

Arpa d’or dei fatidici vati,
Perché muta dal salice pendi?
Le memorie nel petto raccendi,
Ci favella del tempo che fu!

O simile di Solima ai fati
Traggi un suono di crudo lamento,
O t’ispiri il Signore un concento
Che ne infonda al patire virtù!
Va, pensée, sur tes ailes dorées ;
Va, pose-toi sur les pentes, sur les collines,
Où embaument, tièdes et suaves,
Les douces brises du sol natal !

Salue les rives du Jourdain,
Les tours abattues de Sion ...
Oh ma patrie si belle et perdue !
Ô souvenir si cher et funeste !

Harpe d’or des devins fatidiques,
Pourquoi, muette, pends-tu au saule ?
Rallume les souvenirs dans le cœur,
Parle-nous du temps passé !

Semblable au destin de Solime
Joue le son d’une cruelle lamentation
Ou bien que le Seigneur t’inspire une harmonie
Qui nous donne le courage de supporter nos souffrances !

Commentaires des internautes

azerty, le 21/12/2014 à 11h17
... et cette version où Riccardo Mutti proteste contre les coupes sombres du budget de la culture en invitant la salle à chanter avec le chœur : https://www.youtube.com/watch?v=the9_fs1Za0

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Lors de la première représentation de sa neuvième symphonie, Ludwig van Beethoven, complètement sourd, n’entend pas les ovations du public. C’est un musicien qui le tournera vers le public en liesse.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.