« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Alexandre Konstantinovitch Glazounov : biographie


  • Nom Glazounov Prénom Alexandre Konstantinovitch Nation Russie
  • Naissance 10/08/1865, à Saint Pétersbourg / Petrograd (Russie) Mort 21/03/1936, à Neuilly-sur-Seine (France) Époque musicale Romantique

Né à Saint-Pétersbourg le 10 août 1865, Aleksandr Konstantinovitch Glazounov est le fils d’un éditeur qui lui procurera une excellente culture générale. Dès 16 ans, le jeune compositeur, élève de Nicolaï Rimski-Korsakov, a écrit sa Première symphonie (dirigée par Mili Balakirev le 22 août 1882 puis par Franz Liszt. En 1884, il rencontrera Piotr Ilitch Tchaïkovski.

En 1889, Glazounov est chef-d’orchestre à Paris, puis à Londres en 1887. Il peut donc diriger ses propres œuvres, mais ne résiste pas à la concurrence de Johannes Brahms, d’Antonin Dvorak, d’ Anton Bruckner et même de Gustav Mahler. En Russie, même s’il est jugé trop européen et académique dans sa musique, il acquiert une très bonne renommée et sera nommé professeur (1899) puis directeur du Conservatoire de Saint-Pétersbourg (1905). En 1928, il émigre à Paris et entreprendra un séjour aux États-Unis.

Glazounov meurt à Neuilly-sur-Seine le 21 mars 1936. On lui doit entre autres huit symphonies, deux concertos pour piano et un pour saxophone, sept quatuors à cordes, de nombreuses œuvres pianistiques, plusieurs œuvres concertantes pour violon et violoncelle et surtout trois beaux ballets de tradition “tchaïkovskienne“ : Raymonda, Ruses d’amour et Les saisons (écouter le début de l’Automne). De nos jours, ses deux pièces les plus populaires sont : le Concerto pour violon et orchestre opus 84 (1904) ainsi que le poème symphonique Stenka Razine (1885), dédié à Alexander Borodine. Sa musique est à (re)découvrir.

Ressources liées pour Alexandre Konstantinovitch Glazounov

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !