« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Karl Friedrich Abel : biographie

« Entre baroque et classique »


  • Nom Abel Prénom Karl Friedrich Nation Allemagne
  • Naissance 22/12/1723 Mort 20/06/1787, à Londres (Angleterre) Époque musicale Classique

Sa vie

Karl Friedrich Abel est un compositeur allemand né le 22 décembre 1723 à Köthen, ville où (par un heureux hasard) Johann Sebastian Bach est maître de chapelle. Il est formé très tôt à la pratique de la viole de gambe par son père, qui est proche de la famille Bach (il joue dans l’orchestre de la cour du prince). À la mort de son père en 1737, Karl se rend à Leipzig où Bach est maintenant Cantor de l’église Saint-Thomas ; là, il poursuit sa formation avec le maître. En 1748, il rejoint l’orchestre de la cour de Dresde qui est alors sous la direction de Johann Adolph Hasse

En 1758, il quitte Dresde, rendue peu sûre durant la guerre de sept ans, pour Londres, ville réputée très mélomane. Il obtient un poste de violiste à la cour de la reine Charlotte en 1764. Il s’essaye aussi au pintachord, petit violoncelle à cinq cordes qui venait d’être inventé. Auparavant, en 1762, Johann Christian Bach, un des fils de Johann Sebastian, était lui aussi arrivé à Londres. Les deux hommes, qui étaient déjà amis, fondent ensemble en 1665 une société de concerts, "les Bach-Abel Concerts". On n’y entend bien entendu leurs œuvres mais aussi celles de leurs contemporains, notamment Joseph Haydn (il fera lui-même plusieurs voyages à Londres dans les années 1790).

Pendant la tournée européenne organisée par son père, le jeune Wolfgang Mozart passe lui aussi à Londres et entend plusieurs œuvres d’Abel. Il s’en souviendra dans ses compositions ultérieures et il n’est pas étonnant qu’on lui ait longtemps attribuée la symphonie n° 3 de l’opus 17 d’Abel (rechercher sur Youtube).

Abel meurt le 20 juin 1787 à Londres.

Son œuvre

Abel est un parfait représentant de ces créateurs qui (comme Giovanni Battista Pergolèse ou Christoph Willibald Gluck) se trouvent à la charnière entre la période baroque et la période classique. Élève de Jean-Sébastien Bach, il est un des derniers virtuoses de la viole de gambe, instrument baroque éclipsé au profit du violoncelle, plus sonore. On constate un parallèle frappant entre ses suites pour viole de gambe et celles de Bach pour violoncelle : après le prélude entendu dans l’introduction musicale, voici un allegro extrait de la même suite (écouter). Il  avait donc encore un pied dans le baroque alors que les classiques étaient déjà actifs : Haydn est né 10 ans après lui et Mozart est mort 4 ans avant lui.

Baroque à ses débuts, son style évolue avec le goût de son époque pour une musique plus simple et plus aimable (ce que l’on nomme le style galant). Il contribue notamment au développement du concerto de soliste en 3 mouvements (écouter un extrait de l’op. 6.2, puis de l’op. 6.5). Mais surtout il participe à l’émergence d’une nouvelle forme : la symphonie concertante. On peut citer en exemple ce que certains considèrent comme le chef d’oeuvre d’Abel, sa Symphonie concertante pour violon, hautbois et clarinette (1770 : rechercher sur Youtube).

Ressources liées pour Karl Friedrich Abel

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Peugeot et Pleyel ont élaboré un piano quelque peu futuriste (voir le site officiel)

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !