Pas encore membre ? Mot de passe oublié

La mémoire à court terme des notes

Jean-Baptiste, le 15/04/2020

Traduit de l’article Short Term Memory for Tones de Diana Deutsch, professeur de psychologie à l’université de Californie à San Diego, avec l’aimable autorisation de l’auteur.

À lire

Les enregistrements supports des études présentées ci-dessous peuvent comporter les éléments suivants :

- Deux notes de référence : une note de départ (première note entendue) et une note d’arrivée (la dernière note du test, à comparer avec la note de départ)

- Une séquence incidente : une séquence audio de cinq secondes, composée de silence, de notes jouées ou de chiffres parlés, insérée entre les notes de référence, et à laquelle l’auditeur ne doit pas prêter d’attention particulière

- Une note témoin : note placée dans la séquence incidente dans un but déterminé mais ne nécessitant pas plus d’attention de l’auditeur que le reste de la séquence

Deux dernières remarques :

- Dans les études présentées ci-dessous, tous les sons musicaux employés sont des sons purs.

- Les notes indiquées sur les schémas ne sont pas celles audibles dans les fichiers audios

Présentation des études

Quand on écoute de la musique, la mémoire à court terme joue un rôle important pour savoir ce que l’on entend. Sans cette mémoire, on ne pourrait pas relier les différentes notes d’une mélodie. Dans plusieurs études, j’ai démontré que le souvenir de la hauteur d’une note est stocké dans un système de mémoire spécialisé, qui est organisé de manière précise et ordonnée. Ci-dessous, quelques exemples de ces études.

Emplacement et organisation de la mémoire des notes

Dans l’une d’elle, j’ai découvert une distinction remarquable en terme de mémoire entre notes et mots parlés1. Si vous jouez deux notes, la deuxième étant soit identique, soit différente d’un demi-ton par rapport à la première, la plupart des personnes pourront très facilement dire si les deux notes sont les mêmes ou non. Cela se vérifie même lorsque les notes sont séparés par un délai de cinq secondes, comme dans les exemples ci-dessous.

Jouer les deux exemples


Figure 1 : deux exemples de notes à comparer en terme de hauteur. Elles sont séparées par une séquence incidente composée de cinq secondes de silence ; la distinction est facile.
(Spoiler) Premier exemple : mêmes notes ; deuxième exemple : notes différentes.

Supposons maintenant qu’une séquence incidente composée de six notes soit placée entre les deux notes de référence. Cela rend la comparaison entre ces deux dernières très difficile, comme on le voit dans les exemples ci-dessous, même si les auditeurs peuvent décider ne pas accorder d’attention particulière à la séquence incidente.

Jouer les deux exemples


Figure 2 : Ici, la note d’arrivée est précédée d’une séquence incidente. Essayez de déterminer si les deux notes de références sont identiques ou différentes, en ignorant les notes supplémentaires. (Spoiler) Premier exemple : mêmes notes ; deuxième exemple : notes différentes. Les notes supplémentaires compliquent beaucoup la comparaison.

Pourquoi cela ? Une hypothèse est que nous mémorisons les tons dans un endroit spécialisé de la mémoire, et que le « trou de mémoire » constaté dans l’expérience est causé par l’interférence entre les tons qui sont contenus dans cet endroit. Ainsi, si la séquence incidente était composée d’autres types de données (autres que des notes), on ne devrait plus constater d’interférence.

Dans les prochains exemples, la séquence incidente sera uniquement composée de six chiffres parlés. Écoutez le premier enregistrement sans prêter attention à ces chiffres, et déterminez si les deux notes de référence sont identiques ou différentes. 

Jouer les deux exemples


Figure 3 : deux exemples supplémentaires de notes à comparer. Ici, la note d’arrivée est précédée d’une séquence incidente pendant laquelle six chiffres sont prononcés. Déterminez si les deux notes test sont identiques ou différentes, en ignorant les chiffres. (Spoiler) Premier exemple : mêmes notes ; deuxième exemple : notes différentes. Les chiffres ne produisent presque aucune interférence avec la mémoire des tons.

 La plupart des gens trouvent l’exercice beaucoup plus facile avec les chiffres prononcés plutôt qu’avec les notes supplémentaires. Le contraste est remarquable avec la difficulté ressentie quand il s’agissait de notes, alors même que ces dernières peuvent être ignorées. On peut donc conclure que la hauteur d’une note est stockée dans un endroit spécialisé de la mémoire, et que les interférences se situent entre les tons à l’intérieur de cet endroit. D’autres types de données, comme les chiffres prononcés, n’accèdent pas à cet endroit, et produisent moins d’interférences avec la mémoire des hauteurs. 

Le CD "Phantom words, and other curiosities" contient les bandes son, les instructions et les solutions pour procéder à l’expérience complète..

D’autres études ont montré que le système de mémoire concernant la hauteur d’une note est organisé d’une manière remarquablement ordonnée. Dans une expérience, j’ai placé une note témoin dans la séquence incidente, note qui varie de 1/6 de ton (soit 1/3 de demi-ton) à deux demi-tons par rapport à la note de départ. J’ai procédé à des tests sur des sujets qui n’avaient commis que très peu d’erreurs sur une expérience de base (une expérience servant à entraîner le participant à l’expérience et à identifier ses capacités de base), et j’ai découvert que, quand l’écart entre la note de départ et la note témoin augmentait, le taux d’erreur augmentait également. Le taux d’erreur atteint son paroxysme lorsque la première et la deuxième note sont séparées par 2/3 de ton, puis baisse à nouveau. 


Figure 4 : le pourcentage d’erreurs de reconnaissance de tons, indiqué en fonction de la différence de hauteur entre la note témoin et celle de référence. Le pic d’erreurs survient quand la note témoin est éloignée de 2/3 de ton par rapport à la note de départ. (in Deutsch, D., Science, 1972)2

Un autre facteur a une grande influence sur la mémoire des tons. Souvent, quand les auditeurs peuvent dire qu’une note a été jouée dans une séquence, ils sont incapables de dire quand elle a été jouée. Dans une expérience3,4, des auditeurs entendent les deux notes de référence séparées par une séquence incidente composée de six notes. Comme avant, les notes de référence sont soit de même hauteur, soit différentes d’un demi-ton, et les sujets doivent déterminer ce qu’il en est en ignorant les notes supplémentaires.

Quand les notes de référence étaient différentes, la séquence incidente incluait parfois une note témoin, identique à la note d’arrivée (figure 5). Les auditeurs avaient alors une propension forte à juger que la note d’arrivée était la même que la note de départ, même si ce n’était pas le cas. Autrement dit, les auditeurs savaient qu’ils avaient déjà entendu la note d’arrivée auparavant, mais n’étaient pas sûrs de quand ils l’avaient entendue (dans la séquence incidente ou en tant que note de départ), et ils supposaient donc souvent qu’il s’agissait de la note de départ. Plus la note témoin était insérée près de la note de départ, plus il y avait d’erreurs. 


Figure 5 - Deux exemples de notes à comparer, quand elles diffèrent en hauteur et sont séparées par six notes supplémentaires. Dans (a), la note témoin est identique à la note d’arrivée. Parce qu’il y a une perte de mémoire concernant le moment où cette note témoin a été jouée, les auditeurs supposent parfois qu’il s’agissait en fait de la note de départ, et, erronément, que les notes de référence étaient les mêmes. Dans (b), cette note témoin n’existe pas, les auditeurs font moins d’erreurs.

La façon dont on se rappelle les notes d’une séquence sonore dépend aussi de la distance temporelle existant entre ces différentes notes.

Dans une étude5, les auditeurs devaient déterminer si deux notes séparées par six autres étaient identiques ou différentes. Les auditeurs ont fait considérablement moins d’erreurs quand les hauteurs des notes incidentes étaient proches les unes des autres, formant ainsi de petits intervalles mélodiques (figure 6(a)), en comparaison avec des notes plus distantes les unes des autres et formant donc des intervalles mélodiques plus grands (figure 6(b)). En fait, plus les intervalles mélodiques de la séquence étaient grands, plus les auditeurs commettaient d’erreurs. Cette expérience a montré qu’une séquence de notes forme un système de hauteurs auxquelles chaque note peut se rattacher dans la mémoire. Plus les intervalles mélodiques sont petits, plus ce système est efficace, et plus la mémoire des hauteurs est fiable.


Figure 6 : Deux exemples de notes à comparer en termes de hauteur, quand elles sont séparées par six notes supplémentaires. Dans des séquences comme (a), les notes sont de hauteurs proches et forment de petits intervalles mélodiques. Dans des séquences comme (b), les notes sont plus espacées les unes des autres, et forment de plus grand intervalles mélodiques. Les auditeurs font moins d’erreurs en comparant la note de départ et la note d’arrivée dans les séquences de type (a) que de type (b).

 


Figure 7 : deux exemples de notes à comparer en terme de hauteur, avec une séquence incidente de six notes. Les auditeurs font moins d’erreurs quand la note de départ est répétée dans ladite séquence, comme dans (b), que lorsqu’elle n’est pas répétée (a). Répéter la note de départ améliore les performances, que les notes de référence soient identiques ou différentes.

Dans d’autres expériences6, j’ai constaté que quand des auditeurs comparent deux notes qui sont séparées par une séquence incidente composée de notes, répéter la note de départ dans la séquence incidente améliore les performances, que les notes de référence soient identiques ou différentes. En d’autres termes, la comparaisons de notes de références dans des enregistrements tels que 7(b), où la note de départ est répétée dans la séquence incidente, est plus fiable que dans les enregistrements tels que 7(a), où la note de départ n’est pas répétée6.

Ceci a des implications concernant la mémorisation de phrases musicales entières, puisque la répétition de la note influence la façon dont l’auditeur organise et se souvient de la mélodie entière. De plus, étant donné que les phrases formées de petits intervalles mélodiques sont mémorisées plus facilement, on comprendra l’avantage que gagne un système musical composé d’un nombre limité de « notes d’accroche », rendues facilement mémorisables par leur répétition et entourées de « notes satellites », liées aux notes d’accroche par de petits intervalles mélodiques. Ce type de modèle apparaît dans plusieurs cultures musicales, incluant la musique tonale occidentale, et est susceptible d’être apprécié et mémorisé7.

Mémoire des tons et manualité

Une autre découverte intéressante au sujet de la mémoire des tons est qu’il existe des différences statistiques entre droitiers et gauchers8,9.

Les auditeurs, après voir entendu deux notes de référence séparées par une séquence incidente, devaient dire s’il s’agissait ou non des mêmes notes. Statistiquement, les gauchers ont obtenu de meilleurs résultats que les droitiers, les meilleurs résultats étant obtenus par les gauchers étant également ambidextres. J’ai conjecturé que cet avantage pouvait être dû à une tendance à la duplication du stockage des informations de hauteur chez les gauchers, mais ceci reste à étudier.

 

Pour plus de détails sur les caractéristiques du système sous-jacent à la mémoire à court terme des tons : références 10 à 21.

Merci à blopblop pour son aide à la traduction

Bibliographie

1. Deutsch, D. Tones and numbers: Specificity of interference in immediate memory. Science, 1970, 168, 1604-1605. [PDF]

2. Deutsch, D. Mapping of interactions in the pitch memory store. Science, 1972, 175, 1020-1022. [PDF]

3. Deutsch, D. Dislocation of tones in a musical sequence: a memory illusion. Nature, 1970, 226, 286. [PDF]

4. Deutsch, D. Effect of repetition of standard and comparison tones on recognition memory for pitch. Journal of Experimental Psychology, 1972, 93, 156-162. [PDF]

5. Deutsch, D. Delayed pitch comparisons and the principle of proximity. Perception & Psychophysics, 1978, 23, 227-230. [PDF]

6. Deutsch, D. Facilitation by repetition in recognition memory for tonal pitch. Memory & Cognition, 1975, 3, 263-266. [PDF]

7. Deutsch, D. The processing of pitch combinations In D. Deutsch (Ed.) The psychology of music, 3rd Edition, 2013, 249-325. San Diego: Elsevier. [PDF]

8. Deutsch, D. Pitch memory: An advantage for the lefthanded. Science, 1978, 199, 559-560. [PDF]

9. Deutsch, D. Handedness and memory for tonal pitch. In J. Herron (Ed.) Neuropsychology of Lefthandedness, 1980, 263-271. New York: Academic Press. [PDF]

10. Deutsch, D. & Feroe, J. Disinhibition in pitch memory. Perception & Psychophysics, 1975, 17, 320-324. [PDF]

11. Deutsch, D. The influence of melodic context on pitch recognition judgement. Perception and Psychophysics, 1982, 31, 407-410. [PDF]

12. Deutsch, D. Interference in pitch memory as a function of ear of input. Quarterly Journal of Experimental Psychology, 1978, 30, 282-287. [PDF]

13. Deutsch, D. Interactive effects in memory for harmonic intervals. Perception and Psychophysics, 1978, 24, 7-10, [PDF]

14. Deutsch, D. Memory and attention to music. In M. Critchley and R. A. Henson (Eds.) Music and the Brain, 1977, 95-130. London: Heinemann Medical Books. [PDF]

15. Deutsch, D. The organization of short term memory for a single acoustic attribute. In D. Deutsch and J. A. Deutsch (Eds.). Short Term Memory, 1975, 107-151. New York: Academic Press. [PDF]

16. Deutsch, D. Auditory memory. Canadian Journal of Psychology, 1975, 29, 87-105. [PDF]

17. Deutsch, D. Generality of interference by tonal stimuli in recognition memory for pitch. Quarterly Journal of Experimental Psychology, 1974, 26, 229-234.

18. Deutsch, D. & Roll, P. L. Error patterns in delayed pitch comparisons as a function of relational context. Journal of Experimental Psychology, 1974, 103, 1027-1034. [PDF]

19. Deutsch, D. Interference in memory between tones adjacent in the musical scale. Journal of Experimental Psychology, 1973, 100, 228-231, [PDF]

20. Deutsch, D. Octave generalization of specific interference effects in memory for tonal pitch. Perception and Psychophysics, 1973, 13, 271-275, [PDF]

21. Deutsch, D. Music and memory. Psychology Today, 1972, 8552, 87-89, 119.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Anonyme, le 15/04/2020 à 10:20
Pas facile à comprendre. Il faut vraiment s’accrocher… et encore…

Poster un message
Au pif sur Symphozik…

Concerto pour violon - 3e mouvement - Benjamin Britten

Nouveautés sur Symphozik

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.

06/05 : Deuxième article de la série Diana Deutsch : la circularité des hauteurs. Accrochez-vous.