« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Pas de femme dans les orchestres iraniens

Jean-Baptiste, le 29/11/2015

Ouh, le vilain titre provocateur que voici. Toujours est-il que l’orchestre symphonique de Téhéran (Iran) n’a pu participer à une compétition internationale oganisée dans son pays, au prétexte selon son chef d’orchetre cité par l’agence de presse Isna de la présence parmi ses musiciens de femmes.

15 minutes avant le début programmé de la représentation (une interprétation de l’hymen hymne national iranien), un "on" non identifié aurait indiqué au chef d’orchestre que les femmes ne pourraient jouer sur scène. En théorie, certaines lois modernistes autorisent pourtant ce cas de figure, les femmes étant simplement empêchées de se produire seules sur scène depuis la révolution islamique de 1979. La légende raconte que cette interdiction fut décidée par les dirigeants iraniens au sortir d’un cabaret où se produisait Florence Foster Jenkins.

Plus d’informations

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Savez-vous quel est le point commun entre Louis XIV et Niccolo Paganini ? Ils étaient tous deux férus de guitare. Car avant de devenir l’instrument populaire par définition, la guitare fut l’un des instruments phares des grandes cours européennes (voir une galerie de toiles).

Nouveautés sur Symphozik

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.