Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Traduction der Lindenbaum Schubert

Jean-Baptiste, le 21/03/2011

Paroles originales et traduction du poème de Wilhelm Müller (1794-1827) pour accompagner l’analyse du lied Der Lindenbaum (le Tilleul). Traduction réalisée par Pierre Mathé. Toute reproduction est interdite sans son accord. Consultez le site d’Emily Ezust pour plus d’informations.

Am Brunnen vor dem Tore
Da steht ein Lindenbaum;
Ich träumt in seinem Schatten
So manchen süàŸen Traum.

Ich schnitt in seine Rinde
So manches liebe Wort;
Es zog in Freud’ und Leide
Zu ihm mich immer fort.

Ich muàŸt’ auch heute wandern
Vorbei in tiefer Nacht,
Da hab’ ich noch im Dunkel
Die Augen zugemacht.

Und seine Zweige rauschten,
Als riefen sie mir zu:
Komm her zu mir, Geselle,
Hier find’st du deine Ruh’!

Die kalten Winde bliesen
Mir grad ins Angesicht;
Der Hut flog mir vom Kopfe,
Ich wendete mich nicht.

Nun bin ich manche Stunde
Entfernt von jenem Ort,
Und immer hör’ ich’s rauschen:
Du fändest Ruhe dort!
À la fontaine près du portail
Il y a un tilleul;
À son ombre je fais
De si doux et nombreux rêves;

Je grave dans son écorce
De si nombreux mots d’amour;
Dans la joie, dans la peine,
Je suis toujours attiré vers lui.

Aujourd’hui aussi je dois passer
Devant lui, au milieu de la nuit,
Là pourtant dans l’obscurité,
J’ai fermé les yeux.

Et ses rameaux murmuraient,
Comme pour m’appeler:
Viens près de moi, compagnon,
Ici tu trouveras ton repos!

Les vents froids soufflaient
Droit sur mon visage;
Le chapeau s’envola de ma tête,
Je ne me détournai point.

Cela fait maintenant plusieurs heures
Que je suis éloigné de ce lieu,
Et toujours j’entends murmurer:
Là tu trouverais le repos.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Poster un message

Anonyme, le 16/03/2020 à 0:51
Je viens de retrouver cette mélodie qui chante en moi depuis longtemps sans en connaître le texte ni son sens en français. Comme j’aime les arbres et que j’ai sculpté dans du tilleul, celui-ci, en allemand, me rejoins vraiment. Irène de Sherbrooke

Anonyme, le 29/08/2015 à 17:56
merci pour cette traduction et les autres commentaires. Etant pianiste accompagnatrice, j’aime bien connaître le contenu de ce que j’accompagne.

Anonyme, le 30/04/2015 à 18:55
A mon avis, « ich traumt’ est une erreur .Ou bien, c’est le présent« ich träume « , ou c’est le prétérit « ich träumte«

blopblop, le 01/05/2015 à 11:39
Ce n’est pas une erreur, pour respecter l’ écriture poétique, il n’est pas rare de voir ce genre d’écriture, particulièrement au XVIIIe et au XIXe siècle !

Anonyme, le 23/02/2015 à 12:41
Attention aux temps employés ; le début appartient au passé révolu:

J’AI FAIT / De si doux et nombreux rêves;
J’AI GRAVÉ dans son écorce / De si nombreux mots d’amour;
Dans la joie, dans la peine, / Toujours J’ÉTAIS attiré vers lui.

Pour le reste, la traduction est fidèle.

Anonyme, le 01/06/2012 à 23:27
Très beau texte! Un grand bravo au traducteur qui m’a permit de découvrir cette œuvre merci M. Mathé!

Au pif sur Symphozik…

Pierre Boulez, est né à Montbrison dans la Loire le 26 mars 1925 et mort le 5 janvier 2016 à Baden-Baden (Allemagne). Il est l’un des principaux compositeurs français contemporains et une des personnalités ...

Lire la suite sur la biographie de Pierre Boulez
Nouveautés sur Symphozik

08/12 : Musiques dramatiques pour une mort tragique, nouveau dossier "à écouter".

25/10 : Pour une sociologie de la musique, nouveau dossier.

21/10 : Deux nouveaux dossiers azertyques à titre posthume, Musique et politique et son équivalent belliqueux, Musique et guerre…À vos clairons !