« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Edmund Angerer : biographie


  • Nom Angerer Prénom Edmund Nation Autriche
  • Naissance 24/05/1740, à St. Johann in Tirol (Autriche) Mort 07/08/1794, à Vomp (Autriche) Époque musicale Classique

Edmund Angerer est né le 24 mai 1740 à St. Johann in Tirol, en Autriche. Il est le fils de l’instituteur et chef de chœur du village, Stephan Angerer, qui prend en charge l’éducation musicale initiale de son fils. Edmund devient ensuite enfant de chœur à Hall en Tyrol, à 10 kilomètres d’Innsbruck. Dès 1758, il rejoint les bénédictins dans leur Abbaye de Fiecht, devenant lui-même moine, et y assurant les postes de chef de chœur, organiste et professeur de musique.

À sa mort, le sept août 1794, le Père Edmund Angerer est un musicien en vue, aura qui a quelque peu décliné depuis. Il est enterré au monastère de Stift-Fiecht.

Il a principalement refait surface dans le monde musical actuel lorsque l’œuvre connue sous le nom de Symphonie des Jouets (ou Kindersinfonie, "symphonie pour enfants"), originellement rattachée à nombre de compositeurs tels que Leopold Mozart, Joseph Haydn ou son frère Michael Haydn, finit par lui être attribuée suite à la découverte en 1992 d’une partition dans les archives musicales de l’Abbaye de Stift. Cette hypothèse ne fait toutefois pas non plus l’unanimité chez les musicologues, la partition retrouvée n’étant elle-même pas un original mais une copie par le moine et collègue d’Angerer Stefan Paluselli.

La Symphonie des jouets, œuvre en trois mouvements originellement nommée Berchtoldsgaden-Musik (rien à voir, donc), tirerait son origine des nombreux jouets pour enfants fabriqués dans la région de Berchtesgaden, située en Allemagne mais particulièrement proche de l’Autriche.

Ressources liées pour Edmund Angerer

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

La volonté de Robert Schumann de devenir un pianiste virtuose lui fait commettre une regrettable sottise : il crée un appareil pour améliorer l’indépendance de ses doigts…qui lui paralysera finalement le majeur de la main droite, à seulement 21 ans, et le prive de ce rêve.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.