« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Partition d’ôrch

« Partition d’ôrch »

Votre article sur le déchiffrage d’une partition d’orchestre est passionnant ! J’ai une question subsidiaire : qui écrit la partition pour chaque instrument ? Le compositeur lui-même ? Ou des “arrangeurs“ qui interviendraient sur la base d’une composition originale, ce qui, par voie de conséquence, pourrait donner lieu à des partitions différentes pour une même oeuvre ?

Anonyme
le 01/01/2016 à 12:47

Bonjour,
à ma connaissance, la plupart des compositeurs ont directement écrit leur partition complète. Certaines pièces ont été écrites pour piano puis orchestrées, ou inversement, parfois par leur auteur (Maurice Ravel et son orchestration de sa Mère l’Oye,…), parfois par d’autres (Franz Liszt et Carl Tausig ont transcrit pour piano beaucoup d’œuvres de Richard Wagner,…).
Il peut donc exister plusieurs de ces transcriptions pour une même œuvre originelle.
J’espère avoir répondu à votre question…
Merci pour votre message et vos encouragements par mail !
Jean-Baptiste


Symphozik

le 03/01/2016 à 13:50

Petit complément à la réponse précédente. Pour la mise au propre de leur partition, les compositeurs faisaient autrefois appel à un copiste, profession mal connue mais fort utile. C’est généralement lui qui réalisait les partitions destinées aux instrumentistes, ce qui demande de super compétences en solfège. Ce n’était pas un métier facile car l’écriture d’un compositeur n’est pas toujours très facile à déchiffrer. Voir : Lien . Depuis l’arrivée de l’informatique musicale, les choses ont bien changé : les partitions des compositeurs sont désormais impeccables, et le travail de copiste est surtout réalisé sur ordinateur. Encore un petit métier qui disparaît !


azerty

le 04/01/2016 à 9:59

Poster une réponse

Vous n’êtes pas membre : votre message n’apparaîtra qu’après validation par un modérateur.

Le saviez-vous ?

Camille Saint-Saëns devient le premier compositeur de renom à composer une musique de film en signant la bande sonore de L’Assassinat du duc de Guise en 1908 (son opus 128 pour cordes, piano et harmonium).

Nouveautés sur Symphozik

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.