Pas encore membre ? Mot de passe oublié

Nadia Boulanger
Biographie


  • Nom Boulanger Prénom Nadia Nation France
  • Naissance 16/09/1887, à Paris (France) Mort22/10/1979, même ville Époque musicale Moderne

Nadia Boulanger est née le 16 septembre 1887 à Paris et morte le 22 octobre 1979 dans la même ville à l’âge de 92 ans. C’est la sœur aînée de Lili Boulanger, née six ans plus tard.

Très douée pour la musique, elle mène une brillante scolarité au conservatoire de Paris et, en 1908, obtient une seconde place au concours du Prix de Rome. Elle apportera une aide précieuse à sa petite sœur tout au long de sa courte vie. Quand Lili décède, elle décide d’abandonner la composition (jugeant son travail infructueux) pour se consacrer à la direction d’orchestre, à la diffusion de l’œuvre de sa sœur, et surtout à la pédagogie. Elle mène son impressionnante carrière d’enseignante au Conservatoire américain de Fontainebleau où elle est professeure dès la création de celui ci en 1921. Elle en devient la directrice de 1948 jusqu’à sa mort. Elle enseigne aussi à l’École Normale de Musique de Paris (où elle est l’assistante de Paul Dukas avant de lui succéder dans la classe de composition) ainsi qu’au Conservatoire National Supérieur de Paris. D’une grande érudition, de la musique ancienne aux tendances les plus avant-gardistes, sa renommée dépasse les frontières. Plus de 1000 musiciens, compositeurs ou interprètes du monde entier, passeront dans ses classes. Citons notamment : George Gershwin, Aaron Copland, Jacques Ibert, Daniel Barenboim, Jean Françaix, Pierre Henry, Elliott Carter, Philip Glass, Astor Piazzolla, Walter PistonYehudi Menuhin… et même des personnalités comme Vladimir Cosma, Michel Legrand, Quincy Jones ou Lalo Schifrin.

Ressources liées pour Nadia Boulanger

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Poster un message
Au pif sur Symphozik…

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Encore un peu ? Le saviez-vous
Nouveautés sur Symphozik

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.

06/05 : Deuxième article de la série Diana Deutsch : la circularité des hauteurs. Accrochez-vous.