« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste | Cours de chant moderne | Sortie du premier single de Bertille des Fontaines
Inscription Mot de passe oublié

Ernest Chausson : biographie


  • Nom Chausson Prénom Ernest Nation France
  • Naissance 20/01/1855, à Paris (France) Mort 10/06/1899, à Limay (France) Époque musicale Romantique

Né à Paris le 20 janvier 1855, Ernest Amédée Chausson, d’une famille prospère : son père, le bien nommé Prosper (1804-1894) est entrepreneur des travaux publics. L’enfant reçoit une bonne instruction et est initié à l’art par son précepteur : il apprend ainsi le piano.

Après une formation juridique, Chausson devient avocat le 7 mai 1877. Docteur en droit, il exerce à la cour d’Appel de Paris. Mais il décide finalement de se consacrer uniquement à la musique et entre assez tard au conservatoire, où il suit les cours de Jules Massenet, de 1878 à 1880 (Massenet influencera le futur compositeur, comme César Franck ou Richard Wagner). En 1883, Chausson assiste à la création de Parsifal de Wagner, à Bayreuth. Il participe également à la Société nationale de musique, créée après la guerre de 1870 pour promouvoir les compositeurs français et "contrer" la musique allemande. Il en est nommé secrétaire en 1886, à la suite d’une polémique ou Vincent d’Indy proposa d’accepter des œuvres étrangères. Chausson travaille à la réalisation de son opéra Le Roi Arthus (dont il écrira lui-même le livret). Cette pièce ne sera achevée que dix ans après (1885-1895). Hélas, il ne l’entendra jamais jouer.

Mort à Limay le 10 juin 1899 des suites d’un accident de bicyclette, Chausson est un témoin privilégié de la sensibilité de l’époque. On peut diviser l’œuvre de Chausson en trois périodes : la première, jusqu’en 1887, est plutôt influencée par J. Massenet, R. Wagner ou C. Franck. La deuxième verra naître ses chefs-d’œuvre, comme le Poème de l’amour et de la mer (op. 19, écouter), une superbe mélodie avec orchestre. Enfin, dans sa troisième période, hélas trop brève (1894-1899), encouragé par Achille Claude Debussy, Chausson se consacre à la musique de chambre (son célèbre Poème pour violon et orchestre est créé à Nancy en 1896 et reste sa pièce la plus jouée de nos jours ; écouter le début du 4ème mvt).

Pour plus d’infos sur l’œuvre, voir Wikipedia

Ressources liées pour Ernest Chausson

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

La “malle du poilu” est une caisse dans laquelle le soldat violoniste Lucien Durosoir a pu mettre à l’abri toutes les partitions qu’il avait amenées dans les tranchées pendant la première guerre mondiale. Il pouvait ainsi, entre deux attaques d’obus, oublier la violence du conflit en jouant ou lisant de la musique avec d’autres soldats musiciens. Un disque en a été tiré.

Nouveautés sur Symphozik

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.

11/09 : Biographies de Tristan Murail et de Gérard Grisey, du courant spectral.

13/08 : Dossier sur l’école franco-flamande et biographies liées : Gilles Binchois, Johannes Ockeghem et Jacob Obrecht.