Le saviez-vous ? Johann Strauss (1825-1899) connut son pire rival sous le nom de...Johann Strauss (1804-1849), son propre père.
symphozik.info
Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre
Actualité du site - 28 septembre 2014

Une titanesque et blopblopesque analyse du cycle Dichterliebe de Robert Schumann. Réservée aux passionnés…
[Bonus : biographies d’Adam de la Halle et de Franz Schubert et dossier musiques classique/populaire complétés]

Documentation Bac option musique Biographies de musiciens Dossiers musicaux Anniversaires de musiciens Fichiers audio Aptitudes musicales Tests d’oreille absolue Test d’oreille relative Mémoire musicale Reconnaissance d’accords Dictées musicales Transposition musicale Connaissances musicales Q.C.M. musicaux Symphoquiz Reconnaissance d’instruments Reconnaissance d’œuvres Divertissement Pendu musical Blagues de musiciens Charades musicales Chuck Norris facts Énigmes musicales Portrait pour un caramel
Sites amis
DVD et Blu-ray musique découvrez les tests de Tutti Magazine
Paris Digest le site de mon tonton
Espace membre


Pas encore de compte ?
Forum musical Communiqués musicaux Commentaires récents

Vincent d’ Indy : biographie

Nom Indy
Prénom(s) Vincent d’
Né le 27/03/1851
À Paris
Mort le 02/12/1931
À Paris
Nation France
Époque musicale Post-romantique

Biographie

Né à Paris le 27 mars 1851, Vincent d’Indy est cependant originaire du midi de la France (sa famille tire ses racines de la région du Vivarais, correspondant approximativement à l’actuelle Ardèche). Suite à l’accouchement, sa mère meurt (Antonin, le père, se remariera en 1855) et Vincent sera principalement élevé par Thérèse, sa grand-mère, pianiste amateur qui, quoique sévère, lui donnera ses premières leçons de musique.

De 1862 à 1865, il étudie le piano avec Louis Diémer (1843-1919) et commence dès 1864 l’harmonie auprès d’Albert Lavignac (1846-1916), qui lui conseillera en 1867 de commencer l’instrumentation (un oncle de Vincent, Saint-Ange, le familiarisera avec le Traité d’instrumentation de Hector Berlioz). En 1865, la famille d’Indy déménage au 7 de l’avenue Villars (à proximité des Invalides).

Après un voyage en Afrique du Sud (1864), Vincent se rend dans le nord de France ainsi qu’en Belgique et en Prusse (Cologne, Aix-la-Chapelle,...). Grand voyageur, il se rendra, après avoir passé son baccalauréat (1869), en Italie, en Suisse (pays qui l’intéresse particulièrement) et dans le Tyrol. C’est de cette époque que datent ses premières œuvres : Quatre romances sans paroles, Angoisse et La Chanson des aventuriers de la Mer.

La guerre contre la Prusse commence en 1870 et il s’engage comme volontaire. Après la défaite, il étudiera le droit pendant deux ans. Puis, ayant montré quelques unes de ses compositions à César Franck (vers octobre 1872), il deviendra son élève pour apprendre l’art de la fugue, la composition et, à partir de 1873, l’orgue (il en obtiendra le second, puis, en 1875, le premier accessit). Cette même année, il se rendra en Prusse : à Weimar et à Tützing, où il rendra respectivement visite à Franz Liszt et à Johannes Brahms, ainsi qu’à Bayreuth, où il put apercevoir Richard Wagner, dont il appréciera énormément l’œuvre (il rédigera un compte-rendu à la fois enthousiaste et lucide sur la Tétralogie de l’Allemand). Son périple ne s’arrête pas là : Cologne, Leipzig, Dresde, Vienne, Munich sont autant de villes qui lui ouvrent leurs portes. En 1875, il épouse sa cousine germaine Isabelle de Pampelonne.

Jusqu’en 1878, d’Indy, qui continue ses voyages à travers l’Europe, sera organiste à Saint-Leu-La-Forêt, timbalier remplaçant à l’Opéra-Comique ainsi que chef de chœurs et timbalier aux Concerts Colonnes. En 1890, suite au décès de Franck, d’Indy est nommé président de la Société Nationale de Musique, dont il était secrétaire depuis 1876. En 1891, d’Indy crée son Quatuor à Cordes. Il devient l’année suivante membre d’une commission qui doit réformer le Conservatoire et Chevalier de la Légion d’honneur. De plus, il succède à Guiraud au poste de professeur de composition au Conservatoire.

La Schola Cantorum

Le 6 juin 1894, Charles Bordes, Alexandre Guilmant et d’Indy, réunis dans la salle de la maîtrise de Saint-Gervais avec l’abbé Noyer (premier vicaire), l’abbé Chappuy (vicaire de Saint-François Xavier) et l’abbé Perruchot (alors maître de chapelle de Notre-Dame des Blancs Manteaux), fondent une “Société de propagande pour la divulgation des chefs-d’œuvre religieux“. Mais le titre est trop long et Bordes propose de lui substituer celui de Schola Cantorum, aussitôt adopté. Initialement créée pour l’étude de la musique religieuse, cette école de musique devint une école supérieure d’enseignement musical. En 1905, le 19 décembre, sa femme meurt. À partir de 1906 et jusqu’en 1922, il est membre du jury du Conservatoire de Lyon. Entre 1914 et 1918, d’Indy reste à Paris et donne des cours à Caroline Janson qu’il épousera en 1920.

Vincent d’Indy meurt à Paris le 2 décembre 1931. Il fut l’artisan principal, sous le label “Ars gallica“, de la création d’une musique “française“.

Ressources liées pour Vincent d’ Indy

Sélection d’œuvres

Chefs-d’œuvre

Quintette pour piano et cordes
Souvenirs
Symphonie cévenole
Tryptique méditerranéen
Un jour à la montagne

Références

• Musicologie.org

Commentaires des internautes

Anonyme, le 09/04/2011 à 22h24
Faire de Jacques Chailley, parce qu’il dirigea un demi-siècle après lui la Schola, un disciple de Vincent d’Indy, est pour le moins aventureux. Quant à lui prêter, à la remorque de Jean Gribenski, des idées et surtout un comportement antisémite durant l’Occupation, c’est carrément de la diffamation. Et que vient faire Boulez dans tout ça ? On est tombé bien bas...

Symphozik, le 12/04/2011 à 14h41
Bonjour,
Nous avons supprimé la partie litigieuse et nous efforcerons de proposer une nouvelle biographie (celle-ci étant issue d’un travail de jeunesse sans grand sérieux) dans un délai raisonnable.
Merci pour votre commentaire,
Cordialement,
Jean-Baptiste

Anonyme, le 28/05/2011 à 14h41
C’est un peu abusif de faire de d’Indy "l’artisan principal sous le label Ars Gallica de la création d’une musique française". En effet, le label Ars Gallica était la devise collective de la Société Nationale de Musique, fondée en 1871 par un groupe de compositeurs dont d’Indy ne faisait pas partie-il n’avait alors que 20 ans.

Anonyme, le 14/01/2012 à 15h47
Inauguration d’un Buste de Vinncent d’Indy a l’entrée de BOFFRES Canton de Vernoux en Vivarais (par Me. Charles Creuzé des Châtelliers -Notaire a Vernoux de 1919 a 1951-) (Note de son fils André).

Anonyme, le 16/12/2012 à 18h14
"Jusqu’en 1978, d’Indy, qui continue ses voyages à travers l’Europe" a-t-il vécu 127 ans ou son cadavre a continué à voyager après sa mort ?

Symphozik, le 16/12/2012 à 19h06
En tout cas, grâce à vous, cette coquille n’aura quant à elle pas vécu aussi longtemps. Merci ;)
Jean-Baptiste

Anonyme, le 28/04/2013 à 20h52
Mes gentils lecteurs: Il fait beaucoup d’Annees que je cherche un motet de l’abbé Chérion. S’il y a quel cun qui pourrais me renvoier un exemplaire de cet motet je lui remborserai sa valeur. Jorge Horacio González. jhg1938@hotmail.com

Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.
Pour vos questions en rapport avec la musique, utilisez le forum, et pour tout problème technique, le formulaire de contact !