« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Opéra/Ballet Borges: les 10, 11 et 12 novembre 2017 | guitariste | Cours de chant moderne
Inscription Mot de passe oublié

Georges Enesco : biographie

« Marque le renouveau de la musique roumaine »


  • Nom Enesco Prénom Georges Nation Roumanie
  • Naissance 19/08/1881, à Liveni (Roumanie) Mort 04/05/1955, à Paris (France) Époque musicale Moderne

Georges Enesco (George Enescu pour les Roumains) est né à Liveni-Vîrnav en Moldavie roumaine le 19 août 1881, et mort à Paris dans la nuit du 3 au 4 mai 1955. Extraordinairement doué pour le violon, il arrive à Paris en 1895 pour étudier la composition au Conservatoire avec Jules Massenet et Gabriel Fauré. Par la suite, il se partagera entre Paris et la Roumanie. Virtuose du violon, chef d’orchestre remarquable, pédagogue hors-pair, il sera un animateur infatigable de la vie musicale dans son pays natal. Il y a joué un rôle analogue à celui de Béla Bartók et Zoltán Kodály en Hongrie, Antonin Dvorak et Leoš Janáček en Tchécoslovaquie, Karol Szymanowski en Pologne.

En tant que compositeur, le langage d’Enesco est fortement inspiré par la musique populaire roumaine, folklore réinventé sur un mode tantôt nostalgique, tantôt dansant. Il n’est donc pas étonnant qu’on entende des accents klezmer dans la Sonate pour violon et piano n° 3, proposée en introduction musicale (voir notre dossier sur la musique klezmer). On y perçoit aussi une proximité avec la musique française (Fauré, Achille Claude Debussy) et avec la tradition germanique (Johannes Brahms, Richard Strauss). Enesco lance ainsi un pont entre l’Orient et l’Occident de l’Europe. Son œuvre emblématique reste la Rhapsodie roumaine n° 1 (1901 : écouter un extrait), souvent donnée en concert.

Ressources liées pour Georges Enesco

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Maurice Ravel, à qui l’on reprochait d’écrire une musique trop superficielle et artificielle, répondit : “ce n’est pas de ma faute, je suis artificiel par nature...“.

Nouveautés sur Symphozik

18/10 : Dossier sur les styles / genres musicaux et nouveau Q.C.M. sur le jazz.

13/10 : Dossiers sur le Lied et la mélodie et sur les rapports entre musique et littérature. Bonne lecture !

18/09 : Petit interlude pour ceux qui se demandent comment se passe le déménagement d’un piano.