Pas encore membre ? Mot de passe oublié

L’évolution de la notation

azerty, le 05/09/2014

Aux IXe et Xe siècles

Deux formes de notations coexistent :

  1. La notation alphabétique héritée des Grecs
    Notation alphabétique

  2. La notation par « neumes accents », très imprécise
    Notation par neumes accents

Dans le courant du Xe siècle, on a l’idée de tracer une ligne pour fixer une hauteur autour de laquelle les neumes s’ordonnent. Cinquante ans plus tard, on se sert de deux lignes, l’une rouge, précédée d’un F, ancêtre de la clé de fa, l’autre jaune, précédée d’un C, ancêtre de la clé d’ut).

XIe siècle

Neumes carrés
« Neumes carrés » autour d’une ligne de repère

L’invention de la notation a des conséquences immenses qui vont conditionner tout l’avenir de la musique occidentale. D’abord simple moyen mnémotechnique, l’écriture sert peu à peu à noter de nouvelles mélodies.

Au XIe siècle, ces compositions, plus rythmées et plus faciles, deviennent très populaires. On les chante même en dehors de l’église : lors des processions, en contant la vie des saints ou les exploits des chansons de geste. On les retrouve aussi dans le théâtre religieux et beaucoup d’entre elles deviendront des chansons populaires et inspireront les troubadours.

Progressivement, les chantres prennent des libertés avec les règles. Du fait de l’émiettement de la société féodale, ils sont moins dépendants des autorités. Aussi, ils s’enhardissent à inventer de nouveaux chants, d’abord monodiques puis à plusieurs voix (écouter un Sanctus à 2 voix). C’est le début de la polyphonie.

XIIe et XIIIe siècles : l’Ars Antiqua

Ars Antiqua Notation carrée sur 4 lignes et apparition des clés. Exemple : Adam De La Halle (1237-1287), Jeu de Robin et Marion (1280 : écouter des extraits).

L’écriture se perfectionne au fur et à mesure que le langage musical se complique. Désormais, la porte est ouverte à l’invention des compositeurs.

XIVe siècle : l’Ars Nova

Ars Nova (1) Ars Nova (2) L’Occident n’est certes pas le seul à avoir cultivé la polyphonie. Mais, grâce à l’écriture, il a vite atteint une très grande complexité comme le montre la partition ci-contre : Messe de Notre Dame de Guillaume de Machaut (c.1300-1377).

La notation moderne de la fin du Kyrie de cette même Messe permet de mesurer la virtuosité rythmique de l’écriture (écouter).

XVe et XVIe siècles

Apparition des notes blanches. Exemple ci-dessous : Le Chant des Oiseaux de Clément Janequin (1485-1558 : écouter un extrait).

Le Chant des Oiseaux (Janequin)

À partir du XVIIe siècle

La notation moderne est née. Exemple : Art de toucher le clavecin de François Couperin (1668-1733 : écouter Les petits moulins à vent).

Art de toucher le clavecin (Couperin)

Au fil du temps, on voit apparaître dans les partitions des indications qui précisent les nuances voulues par le compositeur : en italien généralement (le crescendo d’Antonio Vivaldi, le rubato de Frédéric Chopin...) mais aussi dans la langue du compositeur (Couperin demande vivement, tendrement, agréablement..., Achille Claude Debussy sans lourdeur, doucement expressif, murmuré...). Erik Satie s’est fait une spécialité des annotations saugrenues : énigmatique, fatigué, munissez-vous de clairvoyance, postulez en vous-même, très luisant, portez cela plus loin...

Au XXe siècle

Les recherches des compositeurs les amènent à élaborer leur propre mode de notation sous forme de partition graphique.

Exemples : partition de Hans-Christoph Steiner pour Solitude, créée en utilisant un logiciel informatique.

Solitude (Steiner)

Karlheinz Stockhausen (1928-2007) : Kontakte, musique électroacoustique et piano (écouter le début) :

Kontakte (Stockhausen) Kontakte (Stockhausen)

Qui a donné leur nom aux notes de musique ?

Selon la tradition, c’est Guido d’Arezzo, en 1028, alors qu’il peinait à former de jeunes chanteurs dans une communauté religieuse d’Italie. Constatant que la mémorisation pure et la répétition de mélodies étaient trop laborieuses, il eut l’idée de nommer les notes et trouva un moyen mnémotechnique simple. Il s’inspira de l’hymne de Saint Jean dont il détacha la première syllabe au début de chaque verset :

Hymne de Saint JeanUt queant laxis
Resonare fibris
Mira gestorum
Famuli tuorum
Solve polluti
Labii reatum
Sancte Ionaes

Dans un premier temps, la gamme utilisée par Guido d’Arezzo ne comportait que 6 notes. On a donc obtenu : ut, ré, mi, fa, sol, la.

Le "si" n’est nommé qu’à la fin du XVIe siècle : le passage à l’ère baroque bouleverse toutes les règles de composition, le système modal se mue progressivement en un système tonal qui nécessite qu’une nouvelle hauteur soit nommée entre le "la" et l’"ut".

"Ut" deviendra "do" au XVIIe siècle : en 1640, G. Doni propose la syllabe do, plus facile à chanter, pour remplacer l’ut.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Poster un message
Au pif sur Symphozik…

Clément Janequin (né à Châtellerault vers 1485 - mort à Paris en 1558), compositeur français, auteur de chansons pleines de malice et de tendresse qui sont célèbres dans toute l’Europe. Avec ...

Lire la suite sur la biographie de Clément Janequin
Nouveautés sur Symphozik

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.

06/05 : Deuxième article de la série Diana Deutsch : la circularité des hauteurs. Accrochez-vous.