Les compositeurs sortent de l’ombre sur Symphozik…

Facétieux Furtwängler

Référendum ADP
Antonin, le 21/03/2010

Le légendaire chef d’orchestre allemand Wilhelm Furtwängler avait un caractère bien trempé. Grand spécialiste du répertoire allemand, il grava des interprétations immortelles des œuvres de Ludwig van Beethoven, Johannes Brahms, Anton Bruckner, Robert Schumann ou encore Richard Wagner… Mais il se fit également défenseur des musiques de son époque, comme Paul Hindemith ou Pfitzner. Il occupa le prestigieux poste de directeur musical du Philharmonique de Berlin de 1922 à sa mort en 1954 (excepté une période d’interdiction après la deuxième guerre mondiale). Il dirigea également régulièrement l’Orchestre Philharmonique de Vienne. Furtwängler était parfois dur à vivre pour les équipes d’enregistrement. Lors d’une prise de la Quatrième symphonie de Schumann (Berlin, 1953), les ingénieurs du son avaient du mal à régler leur matériel pour l’acoustique de la cathédrale. Après plusieurs pauses pour les réglages, le chef d’orchestre s’écrie soudain : « Cela suffit ! Je ne tolérerais plus aucune interruption ! Je vais lever ma baguette et diriger la symphonie du début à la fin, sans répit. Si je suis interrompu une seule fois, j’abandonne définitivement l’idée de cet enregistrement. Vous avez intérêt à régler vos machines une fois pour toutes ! » Et il le fit : il dirigea toute la symphonie d’un bloc, en une trentaine de minutes l’enregistrement était terminé. Pas une erreur, pas une retouche. Mieux : l’enregistrement est devenu légendaire pour sa perfection, notamment le crescendo précédant le quatrième mouvement, reconnu comme un modèle inégalable du genre, et cité comme exemple dans les conservatoires !

Mais il n’en allait pas toujours de même : le « pire » enregistrement du chef est certainement celui de la 2e de Brahms en 1948 à Londres. C’est une lecture molle et plate, tout à l’opposée du style Furtwängler. Alors quoi, était-il grippé ? Non. En revanche, on raconte que le chef au fort caractère se serait disputé avec l’équipe technique au sujet du nombre de micros à utiliser. De là à penser qu’il ait ensuite boudé et volontairement « pourri » l’enregistrement, il n’y a qu’un pas… Pas très « fair play », « Furt » !

(source de la dernière info: http://patangel.free.fr/furt/disco.htm, une impressionnante et passionnante discographie du maître – je ne suis pas payé pour faire de la pub).

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Poster un commentaire

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Au pif sur Symphozik…

Giovanni Gabrieli (né vers 1556 et mort le 12 août 1612 à Venise). C’est dans sa ville natale qu’il fait pratiquement toute sa carrière, à la basilique Saint-Marc dont il utilise les deux tribunes se faisant face pour créer de saisissants effets spatiaux. Il est considéré comme une figure importante de…

Lire la suite sur la biographie de Giovanni Gabrieli
Nouveautés sur Symphozik

22/10 : À défaut de mise à jour et bien que blasé, Symphozik se lance dans la politique. SIGNEZ ! (ou pour les esprits de contradiction : NE SIGNEZ PAS !)

11/02 : Claude Levi-Strauss et la musique

10/02 : À quoi sert la musique ?