Le saviez-vous ? Johann Strauss (1825-1899) connut son pire rival sous le nom de...Johann Strauss (1804-1849), son propre père.
symphozik.info
Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre
Actualité du site - 20 avril 2014

Biographie d’un as : Johann Adolph Hasse sort de l’ombre sur Symphozik. Découvrez également quelques records musicaux, et, si vous vous intéressez à la muzoologie, apprenez à reconnaître les animaux dans la musique

Documentation Bac option musique Biographies de musiciens Dossiers musicaux Anniversaires de musiciens Fichiers audio Aptitudes musicales Tests d’oreille absolue Test d’oreille relative Mémoire musicale Reconnaissance d’accords Dictées musicales Transposition musicale Connaissances musicales Q.C.M. musicaux Symphoquiz Reconnaissance d’instruments Reconnaissance d’œuvres Divertissement Pendu musical Blagues de musiciens Charades musicales Chuck Norris facts Énigmes musicales Portrait pour un caramel
Forum musicalanalyse musique chant partisants les stentors Exemples de chansons par intervalle comment écouter le classique ? Bienvenue sur le forum ! Nouveaux tests? Commentaires récentsOn annonce pour le festival d’été de Salzbourg... Décidément ce n’est pas à ces commentaires que... Chuck Norris peut jouer le concerto pour la main gauche... guillaume de manchot n’était pas bon au foot !! Espace membre


Pas encore de compte ?
Sites amis
DVD et Blu-ray musique découvrez les tests de Tutti Magazine
Paris Digest le site de mon tonton

Modest Moussorgski : biographie

Nom Moussorgski
Prénom(s) Modest
Né le 21/03/1839
À Karevo
Mort le 28/03/1881
À Saint Pétersbourg
Nation Russie
Époque musicale Romantique

Une biographie courte est également disponible !

Né le 21 mars 1839 à Karevo, dans la province de Pskov (Russie), Modest Moussorgski est le quatrième fils d’un propriétaire terrien (et non extraterrestre). La famille n’est pas hostile à l’art : la mère du futur compositeur lui lèguera d’ailleurs une certaine sensibilité poétique.

À 9 ans, Moussorgski peut déjà interpréter en public quelques œuvres pour piano de Franz Liszt. Les parents ne négligent donc pas sa formation musicale, mais le destinent cependant à une carrière militaire : il est inscrit à l’école Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg où il entre à l’âge de 13 ans. Durant cette période, il prend quelques leçons de piano avec le pianiste virtuose Anton Herke, d’origine allemande, et découvre l’œuvre de Robert Schumann. À l’école militaire, il se passionne pour la philosophie et l’histoire.

En 1856, il s’engage dans un régiment d’élite. Il fait cette même année connaissance avec Alexander Borodine et Alexandre Sergueievitch Dargomytjski. Ils se lient d’amitié et élargissent leur horizon musical en faisant la connaissance de César Cui, de Mili Balakirev et de Stasov. Moussorgski commence alors à envisager sérieusement une carrière musicale et voudrait promouvoir la musique russe. Il sort de l’école militaire en 1857 avec un grade d’officier.

Sous la houlette de Balakirev, Moussorgski étudie la musique de Ludwig van Beethoven et démissionne de l’armée. La première interprétation de ses œuvres a lieu en 1858 avec Anton G. Rubinstein. Les revenus de Moussorgski étant très modestes (rires), il doit prendre un emploi aux Ponts-et-Chaussées, où il perd un temps précieux. La vie qu’il mène à cette époque le pousse à une consommation excessive d’alcool et à une alimentation insuffisante. La mort de son père en 1863 lui assombrit les pensées. De plus, il est sujet à l’épilepsie et subit une première crise de delirium tremens.

Au cours de sa convalescence, il noue une profonde amitié avec Nicolaï Rimski-Korsakov. En 1865, déjà dépossédé de tout le patrimoine familial en raison de l’abolition du servage en Russie, qui l’a forcé à trouver un emploi, il perd sa mère. Heureusement, de 1866 à 1869, le Groupe des Cinq ("Mogoutchaïa Koutchka" en VO), composé de Moussorgski, de Borodine, de Rimski-Korsakov, de Balakirev et de Cui, connaît alors des relations d’amitié extraordinaires (il réussira notamment à honorer Moscou de la visite d’Hector Berlioz). Ces compositeurs passent le plus clair de leur temps ensemble, à discuter musique. Ils se font héberger par une jeune femme, Ludmila Chastakova.

En avril 1867, Moussorgski perd son emploi. Il achève néanmoins quelques partitions telles que La nuit sur le Mont Chauve, une de ses plus célèbres. Moussorgski a composé de nombreux fragments de pièces qu’il n’achève pas : deux opéras Salammbo et Le Mariage, Œdipe à Athènes...En 1868, le compositeur est particulièrement inspiré et commence la composition de Boris Godounov, son grand opéra. La première (dans une deuxième version) sera interprétée par Fedor Chaliapine, célèbre basse. Mais l’opéra est mal reçu et même sévèrement critiqué par ses amis Cui, Balakirev ou encore Borodine, ce qui affligera profondément le compositeur. En revanche, Liszt, qui eut accès à une partie de l’œuvre du Russe, est enthousiaste et l’invite à Weimar (en vain cependant, car Moussorgski ne put s’y rendre pour des raisons professionnelles).

En janvier 1869, Dargomyjski, ami du groupe, décède. Moussorgski, qui vit à partir de 1870 chez Rimski-Korsakov, doit ensuite s’installer chez le poète Golenishev après le mariage de son hospitalier collègue. Il s’adonne à la boisson et le groupe des cinq se désagrège. Encouragé par Stasov, Moussorgski commence la composition de La Khovantchina et de La Foire de Sorotchinski. Il n’en achèvera aucune.

En 1874, le musicien compose l’une de ses pièces maîtresses : les Tableaux d’une exposition, magistrale suite pianistique. Il est hébergé à partir de 1875 chez un ami, le peintre Paul Naumof, durant quatre ans. Il écrit un cycle de chants très sombre : Chants et danses de la mort. À la fin de 1879, il entreprend une tournée avec une contralto Daria Leonova. Malgré une profonde déchéance physique, cette tournée lui fera du bien et il reprend provisoirement goût à la musique.

Moussorgski décède le 28 mars 1881 à Saint-Pétersbourg. Le domaine de prédilection de Moussorgski est la voix humaine, malgré quelques œuvres orchestrales ou instrumentales remarquables. Il en explore les possibilités avec des procédés uniques en leur temps. Avec Rimski-Korsakov, il a permis à l’âme russe de s’exprimer. Nombre de ses œuvres seront achevées, orchestrées ou réorchestrées par ses amis mais aussi par Maurice Ravel dont l’orchestration des Tableaux d’une exposition est très célèbre.

Commentaires des internautes

Anonyme, le 30/09/2010 à 18h17
bonjour j aimerais savoir quel et le genre le siecle l epoque le tempo caractere general de l extrait et le type de formation du titre tableau d une exposition merci d avance

Symphozik, le 01/10/2010 à 0h29
Bonsoir,
Souhaitez-vous également qu’on vous fournisse la copie avec nom, prénom et date ? :D
Plus sérieusement (au passage nous apprécions les questions posées dans un français correct, merci), "Les Tableaux d’une Exposition" ne sont pas un "titre" mais une œuvre pour piano de Moussorgski,composée au XIXe siècle. Elle se compose d’une quinzaine de morceaux divers, chacun ayant un tempo différent, il n’y a donc pas de tempo général. Pour ce qui est du type de formation, vous faites sans doute référence à l’orchestration des Tableaux par Maurice Ravel, compositeur français, au XXe siècle. Cette orchestration, qui est plus connue et plus souvent interprétée que l’original au piano, nécessite un grand orchestre moderne.
En espérant avoir répondu à vos questions :)
Antonin

Anonyme, le 29/06/2011 à 16h38
je recherche une composition jouee par moussogski reminiscence de listz...merci... jakeline moll

Symphozik, le 29/06/2011 à 17h56
Bonjour à vous.
D’après la liste des transcriptions de Liszt, il semble que le compositeur hongrois n’ai pas transcrit d’oeuvre de Moussorgski.

En revanche, si vous cherchez une oeuvre de Liszt (une transcription nommée réminiscence) qui aurait été jouée par Moussorgski, il pourrait s’agir de:
-S.397, Réminiscences de Lucia di Lammermor (ca.1835-36)
-S.400, Réminiscences de Lucrezia Borgia [première et seconde version] 1840
-S.409a, Réminiscences de La Juive (1835)
-S.412, Réminiscences des Huguenots - Grande fantaisie dramatique [first/second version] (1836, 1842)
-S.412a, Réminiscences de Robert le Diable - Cavatine (1846?)
-S.413, Réminiscences de Robert le Diable - Valse infernale (1846)

ou vraisemblablement:
-S.394, Réminiscences de Norma (1841) transcription de l’opéra de Bellini qui est la plus connue et la plus jouée.

Cordialement

Franck.

Anonyme, le 21/05/2012 à 18h27
Bonjour,

j’aurais besoin d’un petit coup de main s’il vous plait,

pouvez-vous me donnez une oeuvre instrumental et une autre oeuvre vocale et une autre oeuvre religieuse de Moussorgski ?? je dois rendre un devoir dessus demain !

merci d’avance

Anonyme, le 19/09/2012 à 15h59
Monsieur symphozik,

A propos de votre écrit : "au passage nous apprécions les questions posées dans un français correct, merci", pourriez-vous corriger une fautre qui s’est glissée dans votre biographie de Moussorgski? Au 5è paragraphe vous écrivez : il père sa mère, au lieu de il perd sa mère...

Merci beaucoup

Cordialement

Symphozik, le 19/09/2012 à 16h18
Et bim ! Prends ça dans ta face, Symphozik !
Corrigé, merci :D (on dira que c’était de l’humour…)
Jean-Baptiste

Anonyme, le 20/09/2012 à 10h46
Oui c’était du second degré!!
Cordialement

Anonyme, le 03/10/2012 à 15h47
tout ce que je puis dire c’est qu’il a la même bouille qu’Alain Bombard, deux hommes de grand talent, étonnant cette ressemblance, non?. Est ce que cela veut il dire que l’aspect physique influence les humains à devenir...je ne le sais, mais cela est étrange.

Anonyme, le 03/02/2013 à 15h08
J’étudie Modest Moussorski en musique cette année et je suis passionée par son histoire :)

Anonyme, le 07/05/2013 à 18h43
Bonjour, Je recherche un enregistrement de la messe St. Nicolas de moussorgski telle que proposée par Philip Lane.
Merci

Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.
Pour vos questions en rapport avec la musique, utilisez le forum musical, et pour tout problème technique, le formulaire de contact !