« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

L’école franco-flamande

azerty, le 07/08/2017

Présentation

L’école franco-flamande commence avec Gilles Binchois et Guillaume Dufay vers 1430, et se termine avec Roland de Lassus à la fin du 16ème siècle. Elle assure dès le 15ème siècle la transition entre l’ars nova et le XVIème siècle. Après les complications de l’Ars Nova, on revient vers un art plus simple et plus expressif. Jusqu’ici essentiellement consacrée à l’exaltation du divin, la musique savante s’humanise. Une véritable révolution harmonique est initiée par John Dunstable (1385-1453) dont l’influence s’exerce sur les premiers franco-flamands. Ils amènent des éléments tels que la cadence, la prédominance de la voix supérieure et l’imitation qui vont marquer le siècle suivant.

Les principaux compositeurs appartenant à l’école franco-flamande sont : au 15ème siècle Guillaume Dufay et Gilles Binchois pour la première moitié du siècle, suivis de Johannes Ockeghem, Jacob Obrecht, et Josquin des Prés pour la deuxième moitié, puis au 16ème siècle Jacques Arcadelt et Roland de Lassus.

Le contexte

L’école franco-flamande naît dans une de ces périodes où le contexte politique a fortement pesé sur le cours de la musique. Le conflit qui a opposé l’Angleterre et la France (qu’on nomme guerre de cent ans : 1337-1453) a eu des conséquences profondes. Dans un pays ravagé, la France a perdu la place essentielle qu’elle a si longtemps tenue. Les foyers musicaux se sont déplacés vers les régions restées prospères et pacifiques : notamment la Bourgogne et la Flandre, provinces qui sont à l’époque gouvernées par les ducs de Bourgogne (1364-1477). À leur cour, la plus riche et la plus brillante d’Europe, affluent de nombreux musiciens qui, pour les fêtes et les réjouissances de leurs mécènes, composent de nombreuses œuvres profanes d’un caractère raffiné et galant. Le plus célèbre est Gilles Binchois (vers 1400-1460 : écouter Filles à marier).

Alors qu’un climat de détente domine en Bourgogne, un esprit tout différent règne en Flandre. Les œuvres sont surtout religieuses, d’un caractère sérieux mais chaleureux, d’une écriture stricte mais expressive. Le musicien flamand le plus connu est Josquin Des Prés (vers 1440-1521 ou 1524), surnommé en son temps « le prince de la musique » (écouter le début du Miserere).

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

César Cui caricatura Achille Claude Debussy dans une pièce pour piano appelée : Songe d’un faune après la lecture du journal.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !