« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Bülow - Mots d’esprit, piques et invectives

Jean-Baptiste, le 23/07/2014

N’hésitez à consulter en plus la biographie de Hans von Bülow, personnage singulier mais fort intéressant...

Berlin

• En 1884, il renomme l’Opéra Royal “le Cirque Hülsen”, d’après le Baron von Hülsen, l’intendant de la vénérable institution avec qui Bülow ne s’entend pas des masses. Sommé de présenter des excuses, il demandera pardon au Cirque de l’avoir associé à l’Opéra ! En conséquence, on lui retire son titre de Pianiste à la Cour Royale et l’Opéra le déclare persona non grata.

• À une répétition générale de la 9e de Beethoven, s’adressant au public : “Nous allons jouer deux fois l’œuvre ce soir, car nous jouons maintenant pour les vrais amoureux de la musique. Demain, nous jouons pour les snobs”.

• Le 14 janvier 1859, il dirige Die Ideale de Liszt à la Singakademie et des sifflets se font entendre. Il se retourne et déclare au public d’une voix solennelle : “Je demande aux siffleurs de quitter la salle. Il n’est pas permis de siffler ici !”. Le silence tombe et la représentation peut continuer.

Hanovre

• À des chanteuses : “Mesdames, je me dois de porter à votre attention le fait que le Capitole a déjà été sauvé”.

• Une cantatrice ayant quelque peu loupé son passage, Bülow demande à l’orchestre de se réaccorder et, pour ce faire, se tourne vers sa malheureuse victime : “Auriez-vous l’obligeance, Madame, de nous donner votre la ?“

• Anton Schott, interprète du “Chevalier au Cygne” (Schwanenritter, en allemand) dans Lohengrin, est traité par Bülow de “Chevalier au Cochon” (Schweinritter),

Weimar

• À une élève de Liszt qui ne jouait pas en rythme : “Il paraît que certains ne savent pas compter jusqu’à trois : vous ne pouvez même pas compter jusqu’à deux !”.

Ressources liées

Commentaires des internautes

blopblop, le 28/08/2014 à 10h09
Ce serait donc ce Sage parmi les sages à l’origine de cette blague “Le chef d’orchestre à ses musiciens : “Ouvrez la partition...Mesure 58, notez : un demi-ton plus haut.“
Les musiciens s’étonnent, naturellement.
Le chef : “Allez, ne posez pas de questions, écrivez-moi ça ! Mesure 71 : encore un demi-ton plus haut. Mesure 96 : un ton plus bas...“.
Les musiciens n’y comprennent rien mais notent.
La cantatrice : “moi aussi, il faut que je note ?“
Le chef : “Non, pas vous, vous chantez exactement comme hier !““
Comme quoi finesse n’est pas synonyme de délicatesse !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Au plus profond de notre cerveau, nous possédons, comme tous les animaux, une “oreille de vigilance”. Elle commande un réflexe de fuite après l’audition d’un son inconnu annonciateur d’une menace. Et voilà pourquoi tant de gens prennent leurs jambes à leur cou quand ils entendent de la musique contemporaine, par définition pleine de “sons inconnus, voire inquiétants”.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.