« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Discographie sélective pour Félix Mendelssohn

Antonin, le 03/02/2009

La communauté de la musique classique fête ce 3 février l’anniversaire des 200 ans de la naissance de Felix Mendelssohn-Bartholdy. Ce génie précoce (qui fut malheureusement aussi précoce dans la mort) a participé à l’avènement du romantisme en Allemagne. Son œuvre est surtout connue à travers quelques " tubes “ comme le concerto pour violon ou le "Songe d’une nuit d’été" et mériterait d’etre plus approfondie. Citons par exemple l’impressionnant oratorio "Elias" ou la puissante symphonie n°5 "Réformation".

Mendelssohn fut mis de côté à une certaine époque du fait de ses origines juives – tout comme Gustav Mahler. Quand on voit le succès de ce dernier actuellement, on ne peut qu’espérer que Félix Mendelssohn suive le meme chemin.

Voici donc une sélection discographique pour aborder l’univers du compositeur. Nous vous proposons plusieurs angles d’approche :

LES "TUBES"

Universellement connus, ces chefs-d’œuvres ont fait la renommée de Mendelssohn.

POUR APPROFONDIR

La redécouverte de Johann Sebastian Bach
Mendelssohn intime
Mendelssohn virtuose romantique
Pour en apprendre davantage

Ressources liées

Commentaires des internautes

staccato, le 05/10/2011 à 2h38
A titre personnel, je recommande également le coffret des symphonies par le philharmonique de Vienne, dirigé par Christoph von Dohnanyi (dont le patronyme porte quelque part un accent sur une consonne - je ne sais plus laquelle, et j’ai déjà fait l’effort de respecter, ce détail mis à part, une orthographe pour le moins exigeante, je ne vais pas par dessus le marché aller chercher dans ma table de caractères, sans blague).

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

En 1874, Piotr Ilitch Tchaïkovski dédicace son concerto pour piano à Nicolas Rubinstein qui (par jalousie ?) déclare l’œuvre “si mauvaise qu’elle lui donne la nausée“ ! Blessé, le compositeur supprime la dédicace. Hans Guido von Bülow ayant ensuite fait de l’œuvre un triomphe, Rubinstein présentera ses excuses et en fera un de ses morceaux de concert favori.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.