« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | cours de chant, piano, solfege paris 17 et 95320 | Emission musique classique bimensuelle rediffusée | Requiems en miroir: Haydn et Mozart, 24 et 25 mars 2017, Paris
Inscription Mot de passe oublié

La forme sonate

azerty, le 14/01/2007

Note : cet article a été complètement réécrit le 4/3/2017

Première approche

Il ne faut pas confondre la « forme sonate » avec le genre de la « sonate ». La confusion est d’autant plus compréhensible que, bien souvent, le premier mouvement d’une sonate (qui en comporte généralement trois : vif, lent, vif) est de forme sonate.

Pour aller vite, la forme sonate classique repose essentiellement sur deux principes, le bithématisme et un découpage en trois parties :
1. exposition de deux thèmes contrastés dans des tonalités différentes (exemple : thème A en majeur et thème B à la dominante ; ou bien A en mineur et B dans une tonalité majeure relative) ;
2. développement (variation) des deux thèmes précédents ;
3. réexposition des deux thèmes dans la tonalité principale et courte coda pour conclure.

Évolution

Mais ce schéma, même s’il est globalement respecté, subira bien des évolutions au fil du temps. Selon le musicologue Carl de Nys, c’est Carl Philipp Emanuel Bach qui a dans les années 1730 « mis au point la "forme sonate", "inventée" par son frère aîné, Wilhelm Friedman » (Dictionnaire de la musique, 1986). Joseph Haydn écrivit, lorsqu’il eut la révélation des sonates de Carl Philipp Emmanuel :  « Je ne quittai pas mon clavier avant de les avoir toutes jouées. Celui qui me connaît bien trouvera que j’ai de grandes obligations envers Emmanuel Bach, que j’ai saisi son style et que je l’ai étudié avec soin. » (A. Charon et F. Fayolle, Dictionnaire historique des musiciens, 1810, tome I, p. 319). La forme sonate se stabilise donc, et ce n’est pas un hasard, en même temps que les genres de la sonate, de la symphonie, du quatuor à cordes et autres formes instrumentales, dont elle constitue le premier mouvement. Discours complexe mais rationnel, elle est aussi typique du siècle des Lumières où, avec méthode, les philosophes exposent leurs idées, discutent et s’écoutent. Au début du XIXe siècle, elle sera précisément décrite par Anton Reicha dans son Traité de haute composition (1824).

L’inventivité des compositeurs a donc continuellement enrichi et fait évoluer la forme sonate. On verra plus bas, à travers l’analyse de quelques œuvres, avec quelle liberté les compositeurs l’ont utilisée.

Par exemple, l’exposition est souvent précédée d’une introduction lente ; le passage du thème A au thème B peut s’effectuer par une modulation brusque ou par l’intermédiaire d’un pont modulant ; chaque thème peut se prolonger par une amorce de développement, ou s’achever par une petite coda ; durant la période classique, l’exposition fait systématiquement l’objet d’une reprise à l’identique, usage qui se perdra au cours du XIXe siècle.

Le développement, où règne par définition la plus grande liberté, est un épisode instable, lieu de modulations et de variations mélodiques et rythmiques, construit en priorité sur le thème A. Cependant, il doit être orienté vers le ton de la tonique pour aboutir à la réexposition. Au fil du temps, le développement prendra de plus en plus d’ampleur. Par exemple, il dure à peine la moitié de l’exposition chez Wolfgang Mozart alors que, chez Ludwig van Beethoven, il a la même importance.

La réexposition reprend rarement l’exposition de façon textuelle : les thèmes, repris dans le ton initial,  sont souvent enrichis de variations ou de modulations inattendues qui créent la surprise. Quant à la coda finale, au début réduite à quelques accords, elle deviendra finalement aussi importante que les autres parties.

Plus on avancera dans le XIXe siècle, plus le caractère bithématique de la forme sonate sera accusé, le contraste s’amplifiant entre les thèmes A et B. Mais A reste primordial : on le qualifie de masculin (il est rythmique et d’allure décidée) alors que B est dit féminin (de caractère plus mélodique).

Exemples

Ressources liées

Commentaires des internautes

virepoulpe, le 30/08/2010 à 17h16
Bonjour

Je suis en désaccord (léger) sur votre analyse de la modulation de la mesure 57 lorsque vous écrivez que Mozart module par enharmonie en SI majeur. Certes, il module bien par enharmonie mais... en mi mineur.

Rappel de la technique utilisée : Mozart transforme l’accord de 7ème de dominante de FA majeur (do-mi-sol sib) en accord de sixte augmentée (do-mi-sol-la#). Mais cet accord n’est plus un accord de dominante mais un accord de prédominante qui aboutit sur la dominante.

En effet, une sixte augmentée se résout sur un un accord de dominante et non de tonique. Ainsi, l’accord de la mesure 58 est un accord de dominante de mi mineur (et non l’accord de tonique).

En outre, c’est plus logique, dans toute cette sonate Mozart reste dans des tonalités voisines de la mineur. Mi mineur est une tonalité voisine, tandis que SI majeur est éloignée...

Cordialement

virepoulpe, le 30/08/2010 à 17h36
Re-bonjour

Je suis navré, mais j’ai une seconde remarque portant cette fois sur la première partie de votre sujet.

En effet, il est inexact de dire que la forme sonate bithématique a été "inventée" par les fils de Jean-Sébastien Bach, et plus précisément, par Carl Philip Emmanuel Bach.

En effet, cette forme avait déjà été employée dès le début du XVIIIème siècle par l’Ecole de clavecin, (c.f. notamment Domenico Scarlatti dans plusieurs de ses sonates) ou encore le violoniste Felice Dall’Abaco (1657-1742) qui est l’un des premiers a introduire le second thème...

Par contre, il est reconnu qu’on doit bien à l’autorité de CPE Bach d’avoir imposé cette forme aux compositeurs qui lui succèderont, à commencer par les compositeurs classiques puis les autres...

Cordialement

gui303, le 04/01/2014 à 17h32
Quand le dossier sera en ligne ?

Symphozik, le 05/01/2014 à 13h54
Karajan seul le sait…Le contributeur a l’origine de ce dossier est actuellement en congé nerf.

azerty, le 23/03/2015 à 11h00
Dossier “forme sonate“ tjrs en souffrance, dommage ! Pourquoi, en attendant, ne pas le remettre en ligne tel qu’il était ?

Symphozik, le 23/03/2015 à 20h10
Un ultimatum très menaçant a été adressé à l’auteur ! (mais c’est lui qui préfère ne pas afficher l’ancienne version donc Symphozik s’incline)

Anonyme, le 02/04/2016 à 11h12
Toujours pas de dossier ????

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

César Cui caricatura Achille Claude Debussy dans une pièce pour piano appelée : Songe d’un faune après la lecture du journal.

Nouveautés sur Symphozik

07/03 : Dossier sur la forme sonate réécrit et biographie d’Anton Reicha.

06/03 : Dossier sur Victor Hugo et la musique et biographie de Louise Bertin.

14/02 : Nouveau dossier : un même sujet pour différentes musiques (son faux jumeau a aussi été mis à jour).

05/02 : Nouveau dossier : quand musique et arts plastiques fusionnent.