« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Prix International Pro Musicis 26 octobre 2017 | Palmarès 2017: Concours International de Piano IDF | 25e édition du Festival des Forêts
Inscription Mot de passe oublié

Le poème symphonique

fr-de-f11, le 29/09/2008

Depuis des siècles, musique et littérature sont associés. L’opéra, créé vers 1600 par Claudio Monteverdi en est le plus bel exemple. Dès le début du 19ème siècle, les deux arts vont l’être encore un peu plus avec les lieder, de Goethe (textes) et Franz Schubert par exemple. De plus, de nombreux compositeurs de l’époque vont avoir une éducation littéraire : Robert Schumann est fils de libraire et devient critique musical, Felix Mendelssohn-Bartholdy rencontra Goethe...

En 1830, Hector Berlioz va amener une révolution à cette union. En effet, sa symphonie fantastique a été composée à partir d’un texte mais ce dernier ne figure pas dans la symphonie puisqu’elle est uniquement instrumentale. C’est le début de la musique à programme. Quant au poème symphonique, cas particulier de la musique, il doit répondre à la définition suivante : “pièce musicale en un mouvement, qui par contraste avec la structure et le développement de la symphonie classique, subordonne cette structure et ce développement à un symbole que la musique rappelle ou suggère“. Le poème symphonique apparaît aux alentours de 1850 avec Franz Liszt qui composera entre autres Mazeppa et Les Préludes.

Ainsi, nous avons vu que c’était Liszt qui était le père du poème symphonique. Il en a écrit plus d’une dizaine parmi lesquels Les préludes dont l’argument est purement philosophique : “Notre vie est-elle autre chose qu’une série de Préludes à ce chant inconnu dont la mort entonne la première et solennelle note ?“. Mazeppa (qui est une orchestration d’une des études transcendantes pour piano) décrit plutôt une légende, celle d’un Polonais prit en flagrant délit d’adultère qui est condamné à être attaché nu sur son cheval. Il est retrouvé par des Cosaques et devient leur chef. Dans son poème consacré à Mazeppa, Victor Hugo écrira “Il tombe enfin ! et se relève roi“. Ce vers figure sur la partition de l’étude transcendante.

Ainsi parlait Zarathustra, de l’autre grand compositeur de poème symphonique germanique, Richard Strauss, est un compromis de Mazeppa et des Préludes puisque son argument est composé d’une légende et d’une réflexion philosophique : “Après dix ans de solitude dans les Alpes, Zarathoustra descend vers les humains pour parler au peuple qui ne l’écoute pas et préfère un danseur de cordes: il se constitue un groupe de fidèle auquel il fait passer un message contre le moralisme, pour la guerre contre les faibles et pour la vitalité du Surhomme“.

Du coté des Français, on peut noter Camille Saint-Saëns et sa célèbre danse macabre inspiré d’un poème de Jean Lahor “Zig, zig, zig, la Mort à minuit joue un air de danse, zig, zig, zig sur son violon“. César Franck en a composé, à la demande de ses élèves, Vincent d’ Indy, Ernest Chausson et Duparc mais écrira des œuvres de musique “pure“ puisqu’il respectera par exemple la forme sonate bithématique dans certains de ses poèmes symphoniques. Son plus grand succès dans le domaine reste Le chasseur Maudit sur un texte de Burger : “Pendant les nuits de tempête les âmes des morts qui n’ont pas pu trouver la paix passent en hurlant dans les ténèbres, emplissant l’espace de leur galop“.

Enfin, nous pouvons mentionner pour les pays de l’est Antonin Dvorak avec L’ondine et Le chant héroîque. Une nuit sur le mont chauve est quand à lui le grand succès de Modest Moussorgski. Pour son compatriote Alexander Borodine, citons Dans les steppes de l’Asie centrale. Enfin, il nous reste à évoquer Finlandia de Johan Julius Christian Sibelius, ce dernier étant géographiquement situé plus au nord qu’à l’est.

Ressources liées

Avez-vous bien lu ? (mini Q.C.M. sur le dossier)

Contenu lié : Plus de Q.C.M.

1) De quel écrivain est le vers que paraphrase Liszt dans son poème symphonique « Mazzepa »

2) De qui est le poème symphonique « Ondine »

3) Quelle œuvre symphonique composée en 1830 comporte des titres descriptifs ?

Commentaires des internautes

Anonyme, le 03/11/2011 à 15h19
Mouhaha J’ai Eu 3 sur 3 !

Anonyme, le 07/05/2012 à 21h52
Je pense qu’il aurais été utile de parler également de la symphonie Pastorale de Beethov !

Anonyme, le 27/02/2014 à 20h15
“qu’une musique soit ou non à programme, elle n’en sera ni meilleure, ni pire “ l’auteur de la citation figure dans le texte de l’exposé, mais lequel ?

Anonyme, le 17/11/2014 à 14h52
c’est apparu dans quel pays le poème symphonique s’il vous plait?

azerty, le 18/11/2014 à 10h18
Probablement en Allemagne, à Weimar, où Liszt (inventeur du genre) était maître de chapelle à l’époque où il a composé ses 1ers PS. Cela dit, le PS n’est pas “apparu“ d’un coup de baguette magique... Comme toutes les formes musicales, il est le fruit d’une longue maturation... Il est donc difficile de lui attribuer une date et un lieu de naissance précis... comme pour la plupart des “inventions“ d’ailleurs.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Pour les musiciens, jouer par cœur est une pratique récente. Il semble que c’est Liszt qui a le premier donné des récitals sans partition (au grand étonnement de ses contemporains).

Nouveautés sur Symphozik

11/06 : Biographies de Reynaldo Hahn et d’Ernest Bloch et nouveau dossier : Marcel Proust et la musique.

30/05 : Biographies d’Elliott Carter, Leonard Bernstein et Walter Piston.

15/05 : Découvrez quel héros d’opéra vous êtes ainsi qu’un nouveau dossier sur la musique indienne.