« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Comment s’y reconnaitre dans la jungle des styles ?

azerty, le 18/10/2017

Problèmes de vocabulaire

Genre, mouvement ou style, quel mot employer pour désigner une tendance musicale ? La réponse n’est pas simple car ces trois mots sont des concepts flous et on les utilise souvent l’un pour l’autre. Au XVIIIe siècle on parlait plutôt de "goût". C’est ainsi que, pour François Couperin, "la réunion des goûts françois et italiens doit faire la perfection de la musique". C’est d’ailleurs ce qu’il tente d’accomplir avec son Apothéose de Corelli (1724 : écouter le début). Ensuite, le mot goût a pris un sens normatif (bon et mauvais goût) et c’est probablement au XIXe siècle (avec le développement de la musicologie) que les mots "genre, mouvement et style" l’ont remplacé. Tentons une définition.

Dans le langage courant, un genre musical est un ensemble d’œuvres partageant une même destination (ex. : "la musique de chambre") ou une fonction commune (ex. : "la musique sacrée" ou "la musique de film"). On ne confondra pas le genre et la forme, qui désigne plutôt la structure d’une œuvre. Par exemple il ne faut distinguer le "genre sonate" de "la forme sonate" (voir notre dossier "formes et genres").

Un mouvement musical, dans un sens limité, désigne un groupe de musiciens réunis autour des mêmes idées, éventuellement exposées dans un manifeste. Voir dossier : Écoles, groupes et mouvements de compositeurs. Dans un sens plus large, on utilise parfois (abusivement) le terme de mouvement pour désigner une période de l’histoire de la musique caractérisée par une esthétique commune.

Enfin le mot style devrait être réservé aux procédés d’écriture (essentiellement : rythme, harmonie, mélodie et timbre) caractérisant la musique d’un compositeur. La description d’un style est délicate car elle relève pour beaucoup d’un jugement subjectif. S’il est facile de distinguer une musique romantique d’une musique classique, il est plus difficile de faire la différence entre les premières œuvres de Beethoven et les dernières de Haydn . C’est en définitive le terme "style", quand il est appliqué à l’ensemble des créateurs partageant les mêmes procédés d’écriture, qui apparaît comme le mieux adapté pour distinguer les différentes façons de faire de la musique.

Des styles par centaines

Quand on entre dans les détails, on peut trouver des centaines de styles. C’est l’ambition de cette cartographie un peu délirante mais extrêmement bien réalisée. C’est spectaculaire mais on s’y perd : trop c’est trop ! Tentons de faire plus simple.

Essai de classement des styles

Dans un premier temps, et pour aller au plus simple, on peut distinguer 7 grandes familles de styles : 1. classique, 2. jazz, 3. variété française (chanson, folklore), 4. variété internationale (pop, rock, country et fusion), 5. musiques du monde (traditionnelle et contemporaine), 6. rap et 7. techno. Précisons :

1. Classique

L’expression "musique classique" désigne la musique occidentale savante, c’est-à-dire l’ensemble des œuvres notées depuis le IXe siècle, ce qui constitue un énorme répertoire. Quelques exemples de subdivisions : le style baroque avec Jean-Sébastien Bach et Antonio Vivaldi, le style classique avec Wolfgang Mozart et Ludwig van Beethoven, le style romantique avec Frédéric Chopin et Johannes Brahms, moderne avec Claude Debussy et Maurice Ravel, etc : voir notre dossier La musique à grands pas.

2. Jazz

C’est une musique noire populaire venue du sud des Etats-Unis (New-Orleans, Louisiane) née à la fin du XIXe siècle. Elle est avant tout caractérisée par la part majeure accordée à l’improvisation, et surtout par l’omniprésence du SWING : voir notre dossier « Et le jazz ?? ».

Le blues a la même provenance que le jazz. C’est un chant de nature mélancolique accompagné à la guitare ou au piano (écouter).

Le gospel est un chant religieux populaire de la communauté noire américaine apparu au XIXe siècle. Une voix soliste fait souvent écho au chœur. Les fidèles frappent dans leurs mains et dansent pour marquer leur ferveur (écouter).

3. Variété française

La chanson française populaire s’inscrit dans la tradition moyenâgeuse des troubadours et des trouvères que prolonge au XIIIe siècle Guillaume de Machaut (écouter). Elle réapparaît dans le paysage musical à la fin du XIXe siècle avec le répertoire de cabaret, illustré notamment par Aristide Bruant : écouter. En général elle se caractérise par une attention particulière portée au texte qu’il soit le fait d’un poète ou d’un chanteur-compositeur. Elle a emprunté diverses formes au fil du temps : réaliste (Berthe Sylva : écouter), jazzy (Charles Trenet : écouter), de music-hall (Gilbert Bécaud : écouter), poétique (Georges Brassens : écouter), etc. Les générations suivantes, yéyé (Claude François : écouter), rock (Johnny Hallyday : écouter) ou pop (Alain Bashung :écouter), sont largement inspirées par la variété anglo-saxonne. En fait, plus que l’auteur des paroles de la chanson, c’est la personnalité de son interprète qui est mise en avant. Par exemple, Mireille Mathieu ou Johnny Hallyday sont célèbres alors qu’ils n’ont jamais écrit ni composé aucune de leurs chansons. Quant aux auteurs-interprètes, selon la période de leur carrière et selon les influences qu’ils reçoivent, ils peuvent changer plusieurs fois de style : il faut donc prendre avec beaucoup de précautions les catégories précédentes avant d’y enfermer un chanteur. Par exemple, quand Johnny Hallyday chante « l’idole des jeunes » (écouter), est-il rock, pop, yéyé, ou crooner ? Peut-être est-il tout simplement l’interprète d’une jolie balade.

Plus d’infos : Wikipedia

Dans le cadre du mouvement folk des années 1960, une autre tendance de la variété française s’attache à faire revivre le FOLKLORE local. Dans chaque région, des groupes s’efforcent de ressusciter les costumes et les danses traditionnelles. Le phénomène est particulièrement vivace en Bretagne avec des personnalités comme Alan Stivell : en s’accompagnant sur sa harpe celtique, cet artiste a su dépoussiérer les anciennes mélodies de son terroir (écouter).

4. Variétés internationales

Rock : dans les années 1950, une musique de danse inspirée du rhythm and blues (version plus agitée et syncopée du blues), est popularisée par des artistes noirs comme Chuck Berry (écouter). Adopté par les chanteurs blancs, le rock‘n’roll naît et se diffuse surtout grâce à Elvis Presley (écouter).

Le terme pop désigne le rock commercial qui se veut plus léger et plus frivole. Il se décline en de nombreux courants : "dance" est un terme générique qui désigne la musique dansante et très commerciale qui passe dans les clubs et les boîtes de nuit ; le disco démarre dans les années 70, c’est une musique dansante, au rythme binaire obsédant, passant beaucoup dans les clubs ; la plupart des chanteurs en vogue s’engouffrent dans ce style, notamment les Bee Gees (écouter). Bien qu’il se veuille plus grave, le style new age peut lui aussi être considéré comme de la pop’music dans la mesure où il veut toucher un très large public : il correspond à une musique de détente, d’ambiance inclinant à la méditation voire à la spiritualité. Il naît dans les années 1970 notamment avec les Pink Floyd (écouter). On retrouve le même climat en musique classique chez les « spiritualistes planants », notamment représentés par Arvo Pärt, et dans une certaine mesure chez les compositeurs de tendance minimaliste.

La country correspond à un style de musique populaire qui puise sa source dans la musique du sud des États-Unis. On la surnomme "musique cow-boy". Les instruments qui la caractérisent sont la guitare country et le banjo ainsi que le fiddle (violon populaire : écouter).

Le terme fusion est utilisé pour désigner la combinaison de plusieurs genres. On obtient alors un sous-genre dont le nom dérive des genres qui sont à son origine (jazz-rock, punk-métal, pop-latino, etc). Il existe donc de multiples formes de fusions mais le swing du jazz y est souvent de la partie, par exemple mêlé à la musique celtique (écouter) ou à la musique indienne (écouter).

Article très documenté sur la fusion de genres musicaux : Wikipedia.

5. Musiques du monde

Distinguons d’abord les tendances traditionnelles : ce sont les musiques liées aux anciennes civilisations des différents continents. Chacune de ces riches traditions mérite qu’on lui consacre une étude particulière dans la rubrique escapade. On met surtout en avant celles de l’Inde (voir dossier musique Indienne), hébraïques (voir dossier musique klezmer), islamique, du Japon, d’inspiration chinoise, d’Asie du Sud-Est (Bali, Java), d’Afrique noire et d’Océanie.

On peut y ajouter des traditions locales comme le flamenco, qui est à la fois une danse et un chant populaire d’origine andalouse (écouter un exemple), ou le fado, chant nostalgique apparu au Portugal vers 1840 (écouter un exemple), ainsi que les nombreuses mélodies d’Europe centrale (Hongrie, Roumanie, Bulgarie, etc) dont Bela Bartok a abondamment nourri sa musique (écouter la fin de sa Suite de danses).

Tendances contemporaines : parmi les plus populaires, on peut notamment citer…

Le raï est une musique venue d’Afrique du nord où,  aux instruments traditionnels, ont été rajoutés des instruments modernes. De plus, le raï contemporain associe au style oriental des airs de dance et de techno ; c’est donc aussi une forme de fusion mais qui s’est taillé une place si importante qu’il est devenu un genre à part entière. Il a pour principaux thèmes l’amour, la vie noctambule et la solitude (écouter).

Le reggae est un style de musique né dans les années 1960 et venu de la Jamaïque. Il est influencé par le style calypso local (danse de carnaval à 2 temps : écouter) et la musique déversée par les radios américaines. Il se caractérise par une basse lente et répétitive. Il fut sacralisé par Bob Marley (écouter).

La samba est une danse universellement reconnue comme un symbole du carnaval brésilien (où rivalisent les écoles de samba). Elle plonge ses racines dans la musique des esclaves originaires de l’Afrique, notamment du Congo (écouter).

La salsa est une danse afro-cubaine, particulièrement en vogue dans les Caraïbes, l’Amérique centrale et les colonies latines des grandes villes américaines (écouter).

L’Amérique latine a fourni à une Europe friande d’exotisme une grande quantité de danses caractérisées par leur rythme particulier. La plus omniprésente est probablement le tango, natif d’Argentine. Le genre est particulièrement représenté par le compositeur Astor Piazzolla qui lui a donné ses lettres de noblesse par ses compositions à la croisée du savant et du populaire. Il avait été précédé en cela par Carlos Gardel, auteur prolifique notamment de Por una cabeza (1935 : écouter).

Plus d’infos : Wikipedia

6. Rap

Forme de musique populaire qui s’est développée dans les ghettos noirs américains à la fin des années 1970, dans le cadre du mouvement hip-hop dont il est l’expression musicale. C’est un style de musique syncopé dont les textes parlés et souvent rimés sont scandés. Au début, les textes étaient obscènes et polémiques (rap "hardcore" : écouter) mais le genre s’est adouci depuis. À présent c’est un succès commercial, ce qui explique  l’émergence de rappeurs sur tous les continents à partir de 1990. Citons en France MC Solaar, reconnu pour la qualité de ses textes (écouter).

7. Techno

La techno est avant tout un genre de musique électronique de caractère répétitif. Sa gestation se fait en parallèle de l’apparition de la house music à Chicago au milieu des années 1980. Elle s’inspire aussi des thèmes musicaux futuristes qui prévalaient dans la culture de l’Amérique industrielle de l’époque. Au cours des années 1990, la techno se développe grâce aux disc-jockeys lors de pratiques festives où domine le disco. Musique presque totalement composée en studio, où se mêlent synthétiseurs et boîtes à rythmes, son tempo est très rapide, voire agressif. Elle anime les soirées des boîtes de nuit. Sa mauvaise réputation vient du fait qu’elle est souvent associée aux rave parties et à la consommation de drogues hallucinogènes (goût…euh, écouter un exemple de techno).

Classements autres

Pour terminer cet essai de clarification des différents styles de musique, je propose un tableau qui regroupe différents classements particulièrement populaires, voire commerciaux. La première colonne reprend les catégories proposées précédemment, la seconde celles des Grammys awards, la troisième celles des magasins FNAC et la quatrième celles proposées par la plate-forme d’écoute en ligne Spotify.

En 2017, les Grammys awards ont remis 84 prix dans 32 catégories. Le tableau ci-dessous ne retient que ceux qui désignent un courant musical. Quant aux magasins de la FNAC, ils proposent 15 catégories à leurs clients. Parmi les multiples rubriques proposées par Spotify, nous n’en avons retenu que 15.

Classement Symphozik™ Grammys awards FNAC Spotify
Classique Classical Musique classique Classique
Jazz (blues, gospel) Jazz Jazz/Blues Jazz
  American roots (blues)   Blues, Folk
  Gospel    
  Latin   Latino
Variété française (chanson, folk)   Variété française Variété française (chanson)
Variétés internationales (rock, pop, country, fusion) Rock Variété internationale Rock
  Pop Pop/Rock/Indép. Pop, K-pop
  R&B R&B/Soul/Funk R&B, Soul, Punk
  New Age Compilations/Dance/Divers Ambiance, Détente
  Country Albums country Country
  Alternative   Indé/Alternative
    Hard rock/Métal Métal
Musiques du monde World music Musiques du monde  
  Reggae Reggae/Ragga/Roots Reggae
Rap Rap Rap Hip-hop
Techno Dance/Electronic Électro Électro
  Comedy Comédie musicale  
  Music vidéo/Film BO/Musique de film  
  Musiques enfants Musiques enfants Jeunesse, Soirée, Voyage, Sport, Trending (nouveautés), Focus, Dîner, Nuit, Décennies, Gaming, Romance,

Comme on le voit, les différentes catégories ne se recoupent pas forcément : leur nombre et leurs intitulés dépendent de la logique qui commande le remplissage des bacs. C’est ainsi que ce sont les lois du commerce qui amènent les magasins à mettre en rayon des catégories (comme le "métal") répondant aux "goûts" des consommateurs, lesquels sont largement conditionnés par le matraquage médiatique des radios et des télés.

Une dernière remarque

Après la rapide approche d’un si grand nombre de styles, il n’est pas sûr, cher lecteur, que vous y voyiez plus clair. Rassurez-vous, comme le titre l’indique d’emblée, c’est une véritable jungle. Si vous appartenez à l’une des tribus qui hantent cette forêt touffue (classique, jazz, rock, folk, rap ou techno…), vous n’aurez probablement pas trop de mal à bricoler votre playlist sur une plate-forme d’écoute en streaming ou de téléchargement comme Spotify ou Deezer. Par contre, si vous désirez sortir des sentiers battus et partir à l’aventure, bien des directions se présentent à vous. Laquelle explorer ? Toute l’ambition de cet article était d’ouvrir quelques portes.

Ressources liées

Commentaires des internautes

gann, le 01/11/2017 à 21h15
Bravo pour cette carte des styles avec extraits musicaux s’il vous plait, quel boulot !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Mamoru Samuragochi s’est fait passer pendant environ 20 ans pour un compositeur sourd, surnommée le "Beethoven japonais". Il s’agissait en fait d’une escroquerie, révélée en février 2014 : il n’était ni l’un ni l’autre, le véritable auteur de "ses" œuvres étant un modeste professeur de musique, Takashi Niigaki.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.