« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Beethoven - L’Ode à la joie

Jean-Baptiste, le 26/03/2007

Qui ne connait pas le thème de l’Ode à la joie, probablement le thème le plus célèbre de la neuvième symphonie (opus 125) de Ludwig van Beethoven ? Composée alors que ce dernier est sourd depuis des années, cette nouvelle œuvre fera un triomphe lors de sa première représentation à Vienne le 7 mai 1824. Le compositeur peut enfin libérer toute la force d’une mélodie qui l’obsède depuis des années.

Le thème principal du quatrième mouvement de cette dernière et longue symphonie (elle dure plus d’une heure) est inspiré de celui de la Fantaisie pour chœur, piano et orchestre (opus 80), dédiée à l’origine à Maximilien-Joseph de Bavière (1756-1825). La mélodie du 4e mouvement, en ré majeur, est assez simple, agréable et très facile à retenir. De plus, elle fait appel à un chœur, ce qui est une première (et une dernière) pour une symphonie de Beethoven, ce qui en a probablement fait sa renommée à travers le monde et particulièrement en Europe.

L’histoire de l’Ode à la joie ne s’arrête cependant pas au XVIIIème siècle : ce thème a été repris comme hymne de l’Union Européenne le 19 janvier 1972. En effet, le poème de l’écrivain allemand Friedrich von Schiller (1759-1805), qui fut mis en musique par Beethoven (avec quelques ajouts et arrangements de l’original), appelle à la fraternité, à l’égalité et à l’harmonie entre les Hommes de toutes les nations, ce qui, en plus de correspondre aux idéaux de Beethoven, fervent admirateur de la Révolution française de 1789, concorde avec ceux de l’Europe. Cependant, les paroles ne furent pas conservées (l’hymne européen n’est qu’instrumental). L’interprétation officielle (d’une durée de 2 minutes) fut confiée au chef d’orchestre autrichien Herbert von Karayan (1908-1989), qui procéda à quelques arrangements : pour piano, pour instruments à vents et pour orchestre symphonique.

Quand Schiller écrit “Les mendiants seront frères avec les princes“, Beethoven généralise la chose avec “Tous les hommes deviennent frères“. Sans vouloir faire un commentaire littéraire sur le texte de l’Ode, on remarque que le champ lexical prépondérant est celui du bonheur : “cri joyeux“, “chants de fêtes“, “partage son allégresse“, “joyeux, comme un héros vers la victoire“, mais bien d’autres exemples sont encore présents. Une vision un peu utopiste d’un monde meilleur est ainsi mise en poésie, et le vers “Souffrez pour un monde meilleur !“ devait bien correspondre au tempérament révolutionnaire du compositeur.

Paroles en Allemand Traduction française

Freude, schöner Götterfunken
Tochter aus Elysium,
Wir betreten feuertrunken,
Himmlische, dein Heiligtum!
Deine Zauber binden wieder
Was die Mode streng geteilt;
Alle Menschen werden Brüder,
Wo dein sanfter Flügel weilt.

Wem der grosse Wurf gelungen,
Eines Freundes Freund zu sein;
Wer ein holdes Weib errungen,
Mische seinen Jubel ein!
Ja, wer auch nur eine Seele
Sein nennt auf dem Erdenrund!
Und wer’s nie gekonnt, der stehle
Weinend sich aus diesem Bund!
Freude trinken alle Wesen
An den Brüsten der Natur;
Alle Guten, alle Bösen
Folgen ihrer Rosenspur.
Küsse gab sie uns und Reben,
Einen Freund, geprüft im Tod;
Wollust ward dem Wurm gegeben,
und der Cherub steht vor Gott.
Froh,
wie seine Sonnen fliegen
Durch des Himmels prächt’gen Plan,
Laufet, Brüder, eure Bahn,
Freudig, wie ein Held zum Siegen.
Seid umschlungen, Millionen!
Diesen Kuss der ganzen Welt!
Brüder, über’m Sternenzelt
Muss ein lieber Vater wohnen.
Ihr stürzt nieder, Millionen?
Ahnest du den Schöpfer, Welt?
Such’ ihn über’m Sternenzelt!
Über Sternen muss er wohnen 

 

Joie ! Joie ! Belle étincelle divine,
Fille de l’Elysée,
Nous entrons l’âme enivrée
Dans ton temple glorieux.
Ton magique attrait resserre
Ce que la mode en vain détruit ;
Tous les hommes deviennent frères
Où ton aile nous conduit.

Si le sort comblant ton âme,
D’un ami t’a fait l’ami,
Si tu as conquis l’amour d’une noble femme,
Mêle ton exultation à la nôtre!
Viens, même si tu n’aimas qu’une heure
Qu’un seul être sous les cieux !
Mais vous que nul amour n’effleure,
En pleurant, quittez ce chœur !
Tous les êtres boivent la joie,
En pressant le sein de la nature
Tous, bons et méchants,
Suivent les roses sur ses traces,
Elle nous donne baisers et vendanges,
Et nous offre l’ami à l’épreuve de la mort,
L’ivresse s’empare du vermisseau,
Et le chérubin apparaît devant Dieu.
Heureux,
tels les soleils qui volent
Dans le plan resplendissant des cieux,
Parcourez, frères, votre course,
Joyeux comme un héros volant à la victoire!
Qu’ils s’enlacent tous les êtres !
Ce baiser au monde entier !
Frères, au-dessus de la tente céleste
Doit régner un tendre père.
Vous prosternez-vous millions d’êtres ?
Pressens-tu ce créateur, Monde ?
Cherche-le au-dessus de la tente céleste,
Au-delà des étoiles il demeure nécessairement.

Ressources liées

Avez-vous bien lu ? (mini Q.C.M. sur le dossier)

Contenu lié : Plus de Q.C.M.

1) De quelle œuvre est tiré l’Ode à la joie ?

2) En quelle année cette œuvre fut-elle représentée pour la première fois ?

3) En quelle tonalité le thème de l’Ode est-il écrit ?

Commentaires des internautes

Anonyme, le 01/04/2011 à 16h41
JE RECHERCHE LES PAROLES DU CHOEUR DE LA 9E SYMPHONIE DE BEETHOVEN

Anonyme, le 22/08/2011 à 22h02
Très jolie musique, qui nous transportent dans un autre univers, losque l’on écoute cette oeuvre. excellent anti- dépressif.

Anonyme, le 01/05/2012 à 11h16
bonjour, je suis à la recherche du fichier midi de la voix alto du choeur. Pouvez-vous m’aider?

Anonyme, le 14/10/2012 à 10h55
Bonjour, j’ai un soucis. En musique, nous sommes en train de faire les risques auditifs, et je ne trouve pas une réponse sur l’ode à la joie de Ludwig Van Beethoven ! En effet, la question est compliquée et je ne trouve pas de sites qui y réponde voilà la question (qui va être ramassée et noté) : Que s’est-il passée à la fin de la première représentation de l’Ode à la joie de Ludwig Van Beethoven le 7 mai 1824 à Vienne ? Merci de votre aide !!!!

Symphozik, le 14/10/2012 à 13h04
Bonjour,
Beethoven, complètement sourd, n’entend pas les acclamations du public, et quelqu’un devra le faire se retourner vers le public.
Jean-Baptiste

Anonyme, le 05/06/2015 à 23h01
que faire pour avoir le son ainsi que la partition de l’ode a la joie ?

Anonyme, le 16/09/2015 à 11h19
Pourquoi cette œuvre est-elle si célèbre?

blopblop, le 16/09/2015 à 22h34
Faudrait peut-être songer un jour éventuellement à envisager de, pourquoi pas, survoler rapidement du regard l’article...mais c’est qu’une idée hein...

Anonyme, le 16/06/2016 à 17h59
c’est l’hymne de l’Union Européene

Anonyme, le 30/10/2017 à 12h35
Bonjour, j’ai un problème.
en musique on travaille actuellement sur l’ode à la joie et je n’arrive pas à répondre à cette question :
quel est le lien entre L’ode à la joie de L.V Beethoven, à travers les différentes présentations du thème, et les tableaux de Claude Monet / Impressions, soleil levant ?
s’il vous plait, aidez moi !

azerty, le 31/10/2017 à 12h05
A priori il n’y a aucune relation mais, si on se creuse la tête, on peut en proposer une (plutôt tirée par les cheveux) : le tableau “Impressions Soleil levant” présente l’aube d’une belle journée (une barque est représentée 3 fois, de plus en plus nette, sur un fond brumeux réchauffé par le rayon d’un soleil naissant) ; chez Beethoven, les diverses présentations du thème de l’Ode à la joie font peu à peu apparaître un avenir radieux : elles sont de plus en plus affirmées après un début confus et dissonant puis interrogatif (les contrebasses semblent poser des questions entrecoupées par de nombreux silences). Bon courage pour expliquer ça.

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Mamoru Samuragochi s’est fait passer pendant environ 20 ans pour un compositeur sourd, surnommée le "Beethoven japonais". Il s’agissait en fait d’une escroquerie, révélée en février 2014 : il n’était ni l’un ni l’autre, le véritable auteur de "ses" œuvres étant un modeste professeur de musique, Takashi Niigaki.

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.