« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | guitariste pour groupe chants de marins | Assisi Suono Sacro et le Peregrinandi Trio à Paris | CHERCHE CHANTEUSE
Inscription Mot de passe oublié

Brahms - Livret pour la Troisième symphonie et les Variations sur un thème de Haydn

J.-F. Lucarelli (espace-midi.com), le 28/11/2012

Nous vous conseillons la visite du site Espace-midi pour accompagner la lecture de ce dossier. Également disponible : la version PDF de cet article, à imprimer comme livret-pochette de CD.

L’œuvre orchestrale de Johannes Brahms

Âgé de 26 ans, Brahms publie ses deux sérénades opus 11 et 16. Il s’agit de ses premières œuvres orchestrales, mais elles sont bien plus proches des symphonies classiques que des sérénades du XVIIIe siècle. Brahms a attendu bien longtemps avant de s’aventurer dans l’écriture orchestrale. Pourtant, son ami Robert Schumann l’y avait bien souvent poussé.

Mais la publication – et l’échec – de son premier concerto pour piano, à la même époque, dégoûta pour longtemps le compositeur de retourner à la musique orchestrale. C’est seulement en 1879 – le compositeur était alors âgé de 46 ans – que fut publiée sa première symphonie. Il avait entre-temps orchestré ses variations sur un thème de Joseph Haydn, écrites à l’origine pour deux pianos.

Toutes ses grandes œuvres symphoniques appartiennent donc indéniablement à la période de maturité du compositeur.

La Troisième Symphonie

C’est la plus courte des symphonies de Brahms, mais sans doute la plus belle, la plus achevée également. On y retrouve le caractère nostalgique du compositeur, on entend ses origines du nord de l’Allemagne. Après la seconde symphonie, au caractère pastoral, mais souvent critiquée comme trop facile, Brahms signe ici une œuvre grandiose, qui présente une unité parfaite entre les quatre mouvements, unité qu’aucun compositeur avant lui n’avait pu atteindre..

Symphonie cyclique par excellence, puisque le dernier mouvement s’éteint sur les accents du début de l’œuvre, le rapprochement entre les différentes parties va bien plus loin que ce simple rappel.

Il y a aussi la ressemblance thématique entre les premier et dernier mouvements. Il y a encore un thème qui est omis à la fin du second mouvement, et qui revient dans le finale, en fin de développement.

Mais surtout, Brahms joue sur les tonalités de fa majeur et fa mineur à travers les deux mouvements extrêmes, tandis que les mouvements intermédiaires restent composés dans les tonalités relatives, renforçant encore l’unité de l’oeuvre.

Déjà dès les premiers accords, les tonalités majeures et mineures s’affrontent. Alors que le dernier mouvement met en valeur le fa mineur, les derniers accords résoudront ce dilemme en revenant, dans un doux murmure, sur le fa majeur qui a inauguré la symphonie.

I – Allegro con brio

Trois accords pour commencer, fa, la bémol, fa, et déjà l’affrontement entre  majeur et mineur peut commencer. Le premier thème est grandiose et généreux. Il dominera tout le mouvement, particulièrement en début de développement et dans la conclusion du mouvement. Ce mouvement alterne sans cesse entre la vigueur typique à Brahms et la mélancolie.

II – Andante

Un thème simple propose un dialogue entre les bois et les cordes. Rapidement, on découvre un mouvement finement travaillé, enluminé. Les doubles croches aux cordes soutiennent constamment les variations du thème. Brahms joue ici merveilleusement avec les sonorités des bois et des cuivres.

III – Poco allegretto

Ni scherzo, ni menuet, ce thème mélancolique est l’un des plus célèbres de Brahms. Il fut d’ailleurs repris comme musique d’accompagnement pour le film « Aimez-vous Brahms ? » de Preminger. Sous une forme tripartite classique, le mouvement est d’une construction extrêmement simple.

Le thème principal revient six fois, toujours avec une couleur différente, dans une progression orchestrale parfaitement étudiée. Une première entrée aux violoncelles, puis aux violons, et c’est ensuite le cor, instrument de prédilection de Brahms, qui chante toute la mélancolie de cette belle mélodie. Dans la seconde partie, c’est encore le cor qui entonne le thème. Le hautbois nous le rappelle encore une fois, avant que les cordes n’apportent leur dernier rappel.

IV - Allegro

Les trois premiers mouvements servent visiblement de prélude à ce finale, le point culminant de l’œuvre. Le thème se présente d’abord pianissimo, hésitant à s’imposer. Trois appels menaçants aux trombones, puis l’orchestre éclate.

On retrouve l’héroïsme du premier mouvement. Mais après la récapitulation, après un dernier moment de révolte en fa mineur, le mouvement, et avec lui, la symphonie, s’éteignent dans un prodigieux moment de calme et de pureté.

Quand reviennent enfin les premières notes du premier mouvement, nous ne sommes pas retournés à notre point de départ, tout a changé entre-temps.

Les Variations sur un thème de Haydn

Brahms reprend ici la forme des variations sur un thème, forme délaissée depuis longtemps dans les œuvres orchestrales. Le thème de départ provient d’un choral de Haydn dédié à Saint Antoine, mais il est probable que le thème soit antérieur à Haydn, ce que Brahms lui-même ignorait.

La mélodie, d’une longueur inhabituelle de dix mesures, est d’abord exposée aux bois, comme dans le choral original. Suivent alors huit variations, tantôt mélancoliques, tantôt héroïques ou encore pastorales.

Une passacaille termine l’œuvre. Elle consiste en un motif de cinq mesures, répété constamment dans une très belle progression. Vers la fin, on réentend le thème de Haydn qui conduit à la conclusion.

Cette passacaille annonce déjà la celle de la quatrième symphonie, et rappelle l’admiration que Brahms vouait à ses maîtres, Johann Sebastian Bach ou Georg Friedrich Haendel notamment.

 

J.F. Lucarelli, Novembre 2004

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

L’idée de son “Pelléas et Mélisande” a été donnée à Achille Claude Debussy par Erik Satie (plus d’infos dans la biographie de ce dernier).

Nouveautés sur Symphozik

20/11 : On a fait le plein de nouvelles dictées musicales pour tous niveaux. Profitez-en !

18/11 : Nouveau dossier : musique et psychanalyse.

05/11 : 20 questions sur l’oreille absolue, accompagnées de deux Q.C.M.