« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »
Petites annonces musicales | Concerts Dvorak: 11 et 12 mars 2017, Paris | L’orchestre Le Palais royal en Réalité Virtuelle | Concert Baroque: Gloria et Magnificat de Vivaldi
Inscription Mot de passe oublié

Curiosités à propos de la Symphonie et du Quintette

azerty, le 27/02/2014

À propos de la Symphonie

Y a-t-il une malédiction de la 9ème symphonie ?

La malédiction de la 9ème symphonie est la crainte superstitieuse née après le décès de Ludwig van Beethoven, qu’un compositeur ne meure après avoir composé sa neuvième symphonie (ou une symphonie portant le numéro 9). Les principaux exemples de cette "malédiction", en plus de Beethoven, sont Franz Schubert, Antonin Dvořák, Anton Bruckner et Gustav Mahler. Et de fait, avant Dimitri Chostakovitch au XXe siècle, aucun grand symphoniste ne composera plus de neuf symphonies.

Le plus célèbre exemple de cette superstition est Gustav Mahler. Après sa Symphonie n° 8 (1907), craignant de s’attaquer à une Neuvième, il compose Das Lied von der Erde (Le Chant de la terre, 1909, qualifié en sous-titre de « symphonie pour contralto, ténor et grand orchestre »). Après avoir achevé cette œuvre symphonique sans la comptabiliser en tant que symphonie, il compose sa Symphonie n° 9 (1910 : en fait sa dixième) considérant avoir trompé le sort. Cette symphonie fut cependant la dernière qu’il put achever, puisqu’il mourut durant la composition de la Symphonie n° 10 (1910).

Il est aussi possible de voir en cette « malédiction » une sorte de fascination beethovénienne : tous les musiciens d’envergure du XIXe se mesurent à l’aune du Maître. Outre la 9ème, le Concerto pour violon a marqué les compositeurs qui se confrontaient au genre : Johannes Brahms et Piotr Ilitch Tchaikovski ne composent eux aussi qu’un seul concerto... en ré majeur, comme leur aîné. Et, même au-delà du XIXe siècle, l’ombre de Beethoven étreint chaque compositeur, qui doit lutter pour espérer franchir l’au-delà musical que le maître de Bonn a repoussé si loin et avec tant de force...

Plus d’infos : Lien externe

Quel compositeur a écrit le plus long mouvement de symphonies ?

Déjà, Beethoven avait écrit plus de 24 mn de musique d’affilée pour le 4ème mouvement de sa 9ème symphonie.

Mais c’est Mahler qui détient le record : le 1er mouvement de sa Symphonie n° 3 (1896) dure plus de 32 mn !

Quel compositeur a écrit le plus de symphonies ?

C’est le Finlandais Leif Segerstam, personnalité fantasque et hyperactive : en août 2009, il en est à 225 numéros !

Dans le passé, Ignaz Holzbauer (1711-1783) en aurait écrit près de 200 pour le fameux orchestre de Mannheim (130 ont été retrouvées, mais ce sont plutôt des sinfonias et des divertimentos).

Puis viennent Havergal Brian (1976-1972 : 132 numéros) et Joseph Haydn qui est le véritable créateur du genre (1732-1809 : 106 numéros).

Plus d’infos : Lien externe

Les Français savent-ils écrire des symphonies ?

Il faut bien reconnaître que la symphonie est une forme typiquement germanique. C’est Joseph Haydn (un Autrichien) qui l’a inventée et codifiée (il en a composé 106 : écouter le 1er mvt de la n° 104 dite « Londres ») et Wolfgang Mozart l’a suivi avec 41 symphonies (écouter la fin du 1er mvt de la Symphonie n° 25). En France, François-Joseph Gossec et Étienne Nicolas Méhul se sont modestement glissés dans leurs pas. Un peu plus tard, Ludwig van Beethoven commence à faire éclater la forme dans sa 9ème symphonie par la durée (près de 70 mn) et le nombre des exécutants (il ajoute même des solistes et des chœurs dans le 4ème mvt).

Ce sont encore des Allemands et des Autrichiens qui enrichiront le répertoire tout au long du XIXe et du XXe siècles : Schubert (écouter la n°8 « inachevée » : fin 1er mvt), Mendelssohn (écouter la n°3 « Écossaise » : fin 2ème mvt), Schumann (écouter la n° 3 « Rhénane » : final), Bruckner (écouter la n° 7 : fin de l’adagio), Brahms (écouter la n° 1 : fin mvt n°3), Mahler (écouter la n° 5 : début de l’Adagietto), Paul Hindemith, Hans Werner Henze... Et tous ceux qui les ont suivis, dans l’est et le nord de l’Europe, se sont conformés aux exigences de la grande forme (solide contruction, thèmes marqués, ampleur des masses orchestrales, ambition du projet). Exemples : Dvořák (écouter la n° 9 « du Nouveau Monde » : début du 4ème mvt), Alexander Borodine, Tchaikovski (n°6 « pathétique » : écouter la fin), Enesco, Martinu, Sergueï Prokofiev (écouter la n° 3 : 3ème mvt), Chostakovitch (écouter la n° 8 : extrait du 3ème mvt)...

Et les Français ?

Certes, le genre a convenu à quelques-uns comme Camille Saint-Saëns (écouter la n° 3 avec orgue : début du 3ème mvt), Albert Roussel (n° 3 : écouter le scherzo), Arthur Honegger (écouter la n°2 : choral du 3ème mvt) ou Henri Dutilleux. D’autres, sans doute impressionnés par l’héritage de leurs aînés, n’ont osé qu’un essai, d’ailleurs souvent réussi : César Franck (Symphonie en ré mineur : écouter la fin), Ernest Chausson (écouter le début du 3ème mvt), Georges Bizet ou Paul Dukas.

Mais la plupart ne se sont pas sentis à l’aise dans une forme jugée quelque peu trop sérieuse voire compassée. Imagine-t-on une symphonie de Gabriel Fauré, Achille Claude Debussy, Erik Satie ou Maurice Ravel ?

Et de fait, beaucoup d’œuvres intitulées « symphonie » n’en sont pas vraiment au sens de la forme classique. Le meilleur exemple est Hector Berlioz et ses 4 « symphonies » : Symphonie fantastique (c’est plutôt un poème symphonique en 5 parties : écouter la 5ème mvt : Sabbat), Harold en Italie (poème en 3 parties avec alto principal : écouter un extrait du 3ème mvt), Roméo et Juliette, (légende dramatique avec chœur et solistes : écouter l’épisode du Bal) et Grande symphonie funèbre et triomphale (commémoration des morts de 1830 : écouter le début du 1er mvt).

Pour Berlioz, le terme symphonie est plutôt à prendre dans son sens étymologique : syn-phonié (sons ensemble). C’est aussi le cas d’Igor Stravinski (Symphonie de psaumes : écouter le 1er mvt) ou d’Olivier Messiaen (Turangalîla-Symphonie : écouter le début du 1er mvt).

Alors oui, les Français sont tout à fait capables de composer des symphonies. Mais cette forme très « carrée » et quelque peu démonstrative, si solidement charpentée et aux sonorités profondes, ne convient pas vraiment à leur penchant pour une écriture plus fluide, légère et raffinée, recherchant le plaisir de l’oreille et de l’intelligence. Comme l’a écrit Debussy : « La musique française, c’est la clarté, l’élégance, la déclamation simple et naturelle ; la musique française veut avant tout, faire plaisir. ».

Mais, objectera-t-on, et la merveilleuse Symphonie en ré mineur de César Franck (1888 : écouter la fin) qui sonne plus comme du Brahms que comme du Berlioz ? D’abord, n’oublions pas que Franck était belge et qu’à son époque, la musique allemande était la référence privilégiée. Ensuite, remarquons que sa symphonie ne comporte que 3 mouvements (il a omis le traditionnel scherzo). Enfin et surtout, il innove en y introduisant le principe de la forme cyclique (résurgence des thèmes d’un mouvement à l’autre) qui aura tant d’influence en France... notamment sur Debussy.

À propos du Quintette

Qui a composé le 1er quintette pour clarinette et quatuor à cordes ?

C’est Mozart, qui affectionnait particulièrement la clarinette, instrument relativement nouveau qui va peu à peu remplacer le cor de basset, plus limité. Pour son ami Anton Stadler, virtuose qui a contribué à mettre au point la facture de l’instrument, il compose plusieurs œuvres particulièrement inspirées, notamment un Concerto (écouter la fin du 2nd mvt), le Trio des quilles et le Quintette avec cordes. Ce dernier est le 1er en son genre. Il ouvre la voie à ceux, très réussis aussi, de Carl Maria von Weber et Johannes Brahms.

Qui a composé le 1er quintette pour piano et quatuor à cordes ?

Si Luigi Boccherini (1743-1805) est le premier à avoir composé pour cette formation, c’est Robert Schumann (1810-1856) qui lui a véritablement donné ses lettres de noblesse. Son exemple a été suivi par de nombreux compositeurs célèbres dont : César Franck (1822-1890 : écouter le début du final), Antonín Dvořák (1841-1904), Gabriel Fauré (1845-1924) ou Dmitri Chostakovitch (1906-1975). Signalons aussi la formation originale et unique en son genre du Quintette La truite de Franz Schubert, écrit pour piano, violon, alto, violoncelle et...contrebasse.

Qui a inventé le quintette à vent ?

C’est Antoine Reicha (1770-1836), exact contemporain de Beethoven. Tchèque émigré à Paris, il enseigne au conservatoire à d’éminents élèves (Berlioz, Liszt, Gounod ou Franck). Pédagogue exigeant, il fait étudier le contrepoint de Johann Sebastian Bach et aura une grande influence sur l’école française. Comme théoricien, il rédige des traités et décrit le premier la forme sonate, sous le nom de « grande coupe binaire ». Enfin, comme compositeur, il écrit notamment 24 quintettes pour flûte, hautbois, clarinette, cor et basson !

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

L’organiste de la Marienkirche, Dietrich Buxtehude, dans ses vieilles années, décide de trouver un successeur. Plusieurs candidats postulent, mais pour reprendre le poste, il faut épouser la fille Buxtehude, plus très jeune...Plusieurs musiciens déclinent alors l’offre, s’estimant – sans doute – indignes de cet honneur.

Nouveautés sur Symphozik

14/02 : Nouveau dossier : un même sujet pour différentes musiques (son faux jumeau a aussi été mis à jour).

05/02 : Nouveau dossier : quand musique et arts plastiques fusionnent.

02/02 : Nouveaux dossiers : quand la musique inspire les peintres, et à l’inverse quand la peinture inspire les musiciens.

25/01 : Dossiers sur la synesthésie en musique et sur les correspondances entre sons et couleurs. Bonne lecture !