« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Klangfarbenmelodie

azerty, le 10/04/2016

Littéralement en allemand « mélodie de timbres ». Cette technique consiste à confier les différentes parties d’une même phrase mélodique à différents instruments qui interviennent tour à tour dans un kaléidoscope de timbres. C’est ainsi que les différentes notes d’un accord peuvent être jouées par plusieurs instruments. Le procédé a été abondamment exploité par Schoenberg (qui a forgé le mot) et par ses élèves. Mais dès 1830, Hector Berlioz l’utilisait déjà dans sa Symphonie fantastique mais il n’en avait pas fait un système.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Le Roi des Aulnes (Erlkönig) de Franz Schubert sur un poème de Johann Wolfgang von Goethe vous est peut-être connu. Mais aviez-vous déjà entendu parler de celui de Ludwig van Beethoven, une pièce sans numéro d’opus (WoO 131) datée d’environ 1795 ?

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.