« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Symphonie

azerty, le 29/10/2015

La forme classique fixée par Joseph Haydn comporte quatre mouvements : allegro de forme-sonate, andante, menuet et presto. Elle se développera jusqu’à nos jours en demeurant une composition de grande envergure aux proportions parfois considérables et comportant toujours plusieurs parties. La plupart des compositeurs en ont écrit au moins une.

Plus d’infos

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Le théâtrophone est une invention de Clément Ader en 1881. C’est une ingénieuse utilisation du téléphone qui permet d’écouter un spectacle avec des écouteurs tout en restant chez soi. Le procédé a d’abord été expérimenté à l’Opéra Garnier : des micros étaient disposés de chaque côté de la scène pour retransmettre le spectacle en direct à des auditeurs confortablement installés chez eux. En somme, la radiodiffusion stéréophonique avant l’heure.

Nouveautés sur Symphozik

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.

07/12 : Dossier sur le génie (mais non, vil flatteur, il ne s’agit pas de la biographie de votre webmaster), accompagné de son Q.C.M.

05/12 : Dossier sur la musique brésilienne et analyse du Boléro par Lévi-Strauss.