Pas encore membre ? Mot de passe oublié

sérielle

azerty, le 03/04/2016

Le sérialisme prolonge le dodécaphonisme initié par Arnold Schoenberg dans les années 1910-1920. La mélodie est remplacée par une série conçue comme une succession de sons permettant de faire entendre chacun des douze degrés de la gamme chromatique mais sans qu’aucune note ne soit répétée. Le but est d’aller contre les principes de l’harmonie traditionnelle, chaque note ayant la même importance dans la série, et d’abandonner ainsi tout sentiment tonal. Le sérialisme intégral est pratiqué dans les années 1950 par Karlheinz Stockhausen, Pierre Boulez, Luigi Nono… Il consiste à étendre le principe de la série à tous les paramètres du son : rythme, durée, attaque, timbre, etc.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Poster un message
Au pif sur Symphozik…

Suite Holberg - 1 - Prélude - Edvard Grieg

Nouveautés sur Symphozik

15/05 : Deux nouveaux Q.C.M. pour les plus cinéphiles d’entre nous sur les bonnes vieilles comédies françaises : niveaux facile et expert. Et si vous loupez quelques réponses, c’est l’occasion de(re)découvrir mes comiques préférés 😁

08/05 : Deux nouveaux dossiers : canulars, scandales et tromperies dans la musique et un petit florilège de questions…embarrassantes.

06/05 : Deuxième article de la série Diana Deutsch : la circularité des hauteurs. Accrochez-vous.