« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

Musique pure

azerty, le 17/12/2015

On appelle ainsi une musique qui ne fait appel à aucune référence extérieure. Elle s’oppose à la musique à pogramme qui s’appuie sur un support littéraire ou plus généralement narratif. Les formes privilégiées par la musique pure sont exclusivement instrumentales : sonate, concerto, symphonie, fugue, quatuor, etc. Elle demande une attention soutenue de la part de l’auditeur alors que, dans la musique à pogramme, l’intérêt est entretenu par ce qui est évoqué ou illustré (l’argument d’un ballet, le livret d’un opéra, etc.). Vers les années 1860, ces deux genres ont fait l’objet d’une célèbre polémique : plus d’informations dans notre biographie de Brahms.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

Définition de cette forme austère qu’est la fugue par Hans von Bülow : “morceau de musique au cours duquel les exécutants partent les uns après les autres, et les auditeurs tous en même temps”.

Nouveautés sur Symphozik

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !

04/02 : Analyse du Sacre du Printemps par Stravinski et illustrations sonores sur le concerto.