« Musique classique : les compositeurs sortent de l’ombre »

doigtés de fourche

doucillia, le 20/05/2016

Cette expression s’utilise notamment dans le cas de la flûte baroque, appelée aussi "traverso". Cette flûte est percée de 7 trous : 6 ouverts et le dernier fermé par une clé. Les notes sont obtenues en fermant plus ou moins de trous avec les doigts ; on appelle "doigtés de fourche" la configuration selon laquelle un doigt levé est encadré par deux doigts baissés (un trou ouvert est entouré par deux trous fermés). Cette position des doigts est plutôt inconfortable et difficile d’exécution dans la vitesse ; mais surtout elle "détimbre" la note produite, qui sonne plus faiblement et comme voilée (notamment le si bémol et le sol dièse). Pour éviter au maximum les doigtés de fourche, les compositeurs classiques choisiront de préférence des tonalités comme sol majeur et ré majeur, alors que les baroques préféraient s’en servir pour obtenir une expression plus tendre, langoureuse, mélancolique ou même douloureuse.

Ressources liées

Commentaires des internautes

Soyez le premier à poster un commentaire sur cette page !

Pour un problème technique, utilisez le formulaire de contact ! Les messages inappropriés seront modérés avant que vous n’ayez pu prononcer prd krt skrz drn zprv zhlt hrst zrn.

Le saviez-vous ?

La prise jack, un standard qui équipe par exemple la plupart des casques audios, a été inventée en…1878 ! En plus d’un siècle, elle est tout de même passée de 6,35 mm à 2,5 et a gagné quelques fonctions.

Nouveautés sur Symphozik

12/07 : Un nouveau dossier qui vous comblera si vous avez toujours rêvé de connaître la place de la musique dans une colonie pénitentiaire du XIXe siècle.

21/05 : Sous la pression chromatique, Symphozik passe en https : n’hésitez pas à signaler tout problème éventuellement rencontré.

25/04 : Biographies de Karl Friedrich Abel et de Johann Christian Bach, et la réponse à une question que vous vous posez tous : qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?. C’est la deuxième mise à jour de l’année, vive la procrastination !